Accueil | dMute

31Knots+Jordan+Lichens

: @ Café de la Danse - 20/02/2009



Notre compte rendu

De l'avis général (soit 100 % des opinions exprimées par Antoine, Antony et Boris), avis auquel je n'ai pourtant pas pour habitude de me fier, il ne s'est rien passé, ou presque, avant 31Knots. Il y avait certes des gens sur scène, mais ils n'ont pas convaincu : trop statique et extatique pour l'un — trop agité et trop peu inspiré pour l'autre. Bref, nous avions hâte de passer à autre chose.

Avec 31Knots, tout change. Même si le son n'est pas forcément au rendez-vous (parfois, je pense que le groupe est victime d'une malédiction sonore à Paris), il y a toujours quelque chose avec eux qui rend chacune de leurs performances uniques. Quelque chose qui tient à la présence, à la maîtrise rythmique que rien ne saurait altérer. À cette manière d'aborder chaque concert comme une comédie. Et, ce soir : Joe Haege sortant de la foule pour se mêler au groupe. Il a un air de Buster Keaton de blanc vêtu. Et quand il ira faire son pèlerinage au cœur du public, on ne pourra qu'apprécier le talent avec lequel Jay Pellici et Jay Winebrenner tiennent le cap.

31knots_02

Et puis, donc, le public. Cette fois totalement et inconditionnellement conquis, acquis au groupe. Comme si avec le temps quelque chose s'était produit qui permettait désormais à 31Knots d'être suivi, entendu pour ce qu'il est. Un groupe de rock qui surpasse de loin nombre de ses contemporains.

31knots_06

Alors, oui, on notera que, non, il n'y aura pas eu l'ombre d'une nouveauté. Si ce n'est dans le costume. Mais, c'est bien peu. En un sens, on pourrait reprocher au groupe de se contenter de dérouler tranquillement la liste des morceaux qu'ils maîtrisent à la perfection et de se donner en spectacle pour garantir le supplément d'âme qui devrait être le propre de chaque concert. C'est vrai. Or, si cela n'enlève rien au moment pris en lui-même et dégagé de tout le reste, outre cette abstraction, il reste que 31Knots gagnerait sans doute à se renouveler car le risque de finir par lasser n'est pas inexistant. Pour l'instant, non. On verra la prochaine fois.

31knots_01




Photos : Tatoine




par Jérôme Orsoni
le 21/02/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Trump Harm
(2011)
Polyvinyl Record Company
Rock
Worried Well
(2008)
Polyvinyl Record Company
Rock
Reportage
(17/04/2007)
@ Nouveau Casino
The days and nights of everything anywhere
(2007)
Polyvinyl Record Company
Rock
ep:Polemics
(2006)
Polyvinyl Record Company
Rock
Talk Like Blood
(2005)
Own Records
Rock
The Curse of the Longest Day
(2004)
Own Records
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters