Accueil | dMute

31Knots + We insist!

: @ Nouveau Casino - 17/04/2007



Notre compte rendu

N'insistons pas sur We insist!, ils l'ont suffisamment fait eux-mêmes, mais passons directement à 31Knots.

Et leur show plus déjanté que jamais, Joe Haege plus costumé que jamais, comme endimanché, dans sa tenue de petit soldat prêt pour la parade. Plus habité que jamais, aussi, littéralement — je veux dire : physiquement — en appui sur le premier rang du Nouveau Casino pour se maintenir sur scène.
Si ça commence comme ça, alors ça n'en finira jamais. Jamais de nous étonner. Même quand ce sont ces titres que toi et le public connaissez bien qui s'enchaînent, déchaînent le groupe, à son meilleur.
Après avoir sorti ce qui est, à ce jour, son meilleur album, comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement pour 31Knots? Autrement qu'absolument explosif, lorsqu'éclatent les premiers accords incisifs de The curse of the longest day. Lorsque tout ça t'explose à la figure et que tu ne peux qu'être médusé par la parfaite maîtrise du rythme, la connaissance subtile des contrastes, ce sens de la musique qu'on dirait naturel pour le décrire le plus proprement, mais qui est cultivé à l'extrême. C'est ce que te montrera le rappel, tapping dans tous les sens, sur toutes les cordes — basse et guitare — mais pas la démonstration technique. Non. Plutôt la preuve de la recherche de l'expression la plus aboutie possible de la mélodie.

Quand un groupe est à ce point magnifique sur scène, qu'est-ce qu'il te reste à faire?

Applaudir?

Oui.

C'est tout.

Alors, oui, Joe Haege va se jeter dans la foule et y chanter quelques phrases, histoire de te divertir toi et le public qui n'attendez que ça. Entre parenthèses (sans parenthèses), ça marche à tous les coups.
Et puis, une autre fois encore, moins attendue celle-là, pas attendue du tout même, en solo, guitare en mains. Seul au cœur du public. Les autres ne cessant de faire ce en quoi ils excellent. Lui, chahutant le public et finissant à terre.
Tu vois, c'est autre chose que ces groupes qui s'agitent sur scène, secouent la tête, font un peu de bruit et puis s'en vont (je n'insisterai pas…). Ce que fait 31Knots, bien au contraire de tous ces comiques malgré eux, c'est prendre des risques, des risques comme plus personne (ou presque… OK, des noms?) n'en prend.

Parce que le rock, c'est devenu tellement asceptisé que la plupart du temps, c'est mortel. Mortellement ennuyeux. Or, ce soir, avec 31Knots, pour une fois, le rock, c'est mortellement bien.

par Jérôme Orsoni
le 18/04/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Trump Harm
(2011)
Polyvinyl Record Company
Rock
Reportage
(20/02/2009)
@ Café de la Danse
Worried Well
(2008)
Polyvinyl Record Company
Rock
The days and nights of everything anywhere
(2007)
Polyvinyl Record Company
Rock
ep:Polemics
(2006)
Polyvinyl Record Company
Rock
Talk Like Blood
(2005)
Own Records
Rock
The Curse of the Longest Day
(2004)
Own Records
Rock



1 commentaire

par Gaetan (le 20/05/2008)
salut, juste une petite correction quand tu parles de GHQ : en fait le groupe est normalement un trio avec Pete Nolan à la batterie (mais il était absent pour le festival). Seul ce dernier fait partie des Magik Markers. Ni Marcia Basset ni Steve Gunn n'en sont, contrairement à ce que tu écris. Voilà.
Sinon, tu as raison, ali_fib a encore organisé une bien belle affiche.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters