Accueil | dMute

Soap & Skin

: @ Le 106 - 25/10/12



Notre compte rendu

La jeune Soap & Skin, nom de scène de la chanteuse et musicienne autrichienne Anja Franziska Plaschg, fait partie de ces artistes pour lesquels la musique demande une véritable ascèse. Travail sur soi nécessaire pour harmoniser ses deux influences principales : la musique classique et la musique électronique. Célébrer des noces entre Rachmaninov et Björk, tel est le pari fou de Soap & Skin, de son premier album sorti en 2009 ( Lovetune for vacuum) jusqu'à Narrow sorti cette année, dans lequel elle mettra plus en avant ses influences électro.

Soap & Skin

Il en résulte un objet musical difficilement classable. Les mélodies au piano peuvent à la limite faire penser à certaines musiques pop ou même de variétés. Ce serait sans compter les sonorités électroniques qu'elle y mêle et qui subvertissent cette première couche musicale. La voix de Anja et l'atmosphère qui s'en dégage, entre angoisse, mélancolie et recherche de sérénité, finissent par bouleverser cette première approche. Une création qu'il faut donc situer entre mélodies pop et sonorités plus dark. Comme toute personne qui découvre sa musique, j'ai fait avant tout une expérience musicale en écoutant les albums de Soap & Skin.

Soap & Skin

Et c'est bien cet aspect expérimental qui sera mis en avant durant son concert. Avec un début effréné, Soap & Skin se livre au bord du public, en remplissant la salle de sons électro avec Big Hand Nails Down, avant de prendre place au piano pour une série de chansons plus calmes. Cry Wolf, Cradlesong et Vater montrent toute la douceur de la voix de Anja, douceur soutenue par des mélodies subtiles et minimalistes au clavier, douceur dont la reprise au piano de Voyage Voyage de Desireless sera la démonstration la plus éclatante. Pourtant, cette longue plage musicale plus sereine sera volontairement déchirée par un intermède instrumental dans lequel piano, sons électro et une lumière rouge diffuse s'allient pendant quelques instants, pour donner une atmosphère quasi satanique au spectacle, avant que celui-ci ne reprenne sur une série de douces mélodies. Maniant avec une grande rigueur l'art de conduire son public, Soap & Skin ferme sa boucle et, au terme de ce parcours, Deathmental reviendra à des sonorités beaucoup plus électro, Anja rejoignant sa position initiale au devant de la scène. Après cette fin explosive, Soap & Skin jouera pour un seul titre en rappel. Mais donner tant d'émotions en chantant Pale Blue Eyes du Velvet Underground a cappella remplaçait tous les autres titres qu'elle aurait pu jouer.

Soap & Skin

Photo: Patrice Vibert



par Patrice Vibert
le 31/10/2012

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 01/12 - Chronique
Big Thief - U.F.O.F. / Two Hands
ven. 29/11 - Blog
Baston - Primates
mer. 27/11 - Chronique
L'Envoûtante - s/t
dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters