Accueil | dMute

Helado Negro

: Phasor



sortie : 2024
label : 4AD
style : Pop suave / Electro Pop / Pop-folk

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ LFO (Lupe Finds Oliveros) 2/ I Just Want To Wake Up With You 3/ Best For You and Me 4/ Colores Del Mar 5/ Echo Tricks Me 6/ Out There 7/ Flores 8/ Wish You Could Be Here 9/ Es Una Fantasia

C'est en 2019, donc assez tardivement, que l'on a découvert Helado Negro. Le songwriter américain né de parents équatoriens et répondant au nom de Roberto Carlos Lange sortait alors This Is How You Smile, œuvre exquise et solaire d'excellente facture ayant reçu justement très bonne presse à l'époque et succédant déjà à de nombreux albums distribués par le label de Sufjan Stevens Asthmatic Kitty. Depuis son précédent album Far In (2021), c'est maintenant chez le prestigieux 4AD que l'on retrouve Helado Negro, ce qui est plutôt rassurant si l'on se fie à la haute estime que l'on a pour les dernières signatures de cette maison ayant du flair (Big Thief / Adrianne Lenker, Deerhunter, Jenny Hval ou encore Bing & Ruth).

Si Far In était une odyssée certes magnifique mais qui péchait légèrement par excès de générosité et qui, du haut de ses quinze morceaux étalés sur plus d'une heure, ne pouvait échapper à quelques irrégularités, Phasor resserre quant à lui le cadre à l'essentiel pour finalement produire l'une des œuvres les plus réussies d'Helado Negro. L'album démarre pourtant sur une chanson impulsive et étonnante, LFO (Lupe Finds Oliveros) évoquant une sorte de coldwave à la Motorama servie à la sauce caliente. Helado Negro aurait-il changé à ce point ?

La suite de Phasor renoue toutefois avec ce que Roberto Carlos Lange sait faire de mieux : marier les contrastes sonores et la musicalité des langues afin d'ériger un temple coloré de l'enivrement et d'une certaine suavité que l'on retrouve aussi chez des auteurs de bossanova contemporaine (l'indispensable Arto Lindsay ou plus récemment le brésilien Tim Bernades et son fabuleux Mil Coisas Invis​í​veis). On se balance alors miraculeusement entre folk intimiste et escapades électro-pop, entre l'anglais et l'espagnol, entre joie dansante et spleen de fin de soirée. Et on sait déjà que ce sublime Phasor nous accompagnera longtemps.



Chroniqué par Romain
le 13/02/2024

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blog
Florilège musicopathe
#14 : Premières perles de 2019



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 14/04 - Chronique
Drahla - Angeltape
mar. 09/04 - Reportage
Autechre @ Le Trianon - 06-04-2024
dim. 07/04 - Blog
Dinoh - Deuxième Premier
ven. 05/04 - Blog
Hannah Miette - Hannah Miette
ven. 29/03 - Chronique
Rank-O - Monument Movement
jeu. 28/03 - Chronique
Halo Maud - Celebrate
mar. 26/03 - Chronique
Daudi Matsiko - The King Of Misery
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters