Accueil | dMute

Arctic Monkeys

: Whatever People Say I Am, That's What I'm Not



sortie : 2006
label : Domino
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01. The View From The Afternoon
02. I Bet You Look Good On The Dancefloor
03. Fake Tales Of San Francisco
04. Dancing Shoes
05. You Probably Couldn't See For The Lights But You Were Looking Straight At Me
06. Still Take You Home
07. Riot Van
08. Re

Croyez-le ou non, mais c’est avec l’album sur la platine que j’ai véritablement découvert Arctic Monkeys. Certes, il y avait bien eu ce single, I bet you look good on the dancefloor, quelques semaines avant, mais c’est tout. Je n’ai pas forcément cherché à me préserver, mais il se trouve que je n’ai pas non plus tenté de me procurer ces morceaux généreusement diffusés sur le net qui ont alimenté le buzz, que dis-je, la folie Arctic Monkeys.

A l’heure des premiers comptes d’apothicaire (363 735 ventes en une semaine en Angleterre), à l’heure où Arctic Monkeys est entré dans l’histoire (du NME, en tout cas) en devançant Revolver des Beatles dans leur classement des meilleurs disques britanniques de tous les temps (euh, rappelez-moi depuis combien de jours cet album est sorti ?), les singes de l’arctique n’ont plus rien à prouver (à leurs banquiers), et je sens bien que ma petite bafouille n’inversera pas le cours de l’histoire de la pop musique. Mais quand même, laissez-moi donner mon avis sur ce disque. A ce stade de ma chronique, vous devez croire que je vais prendre un malin plaisir à descendre cet album (c’est ce qu’ont choisi de faire Télérama et Magic, ca fait du bien à la ligne (éditoriale) de se défouler, c’est bien connu). Et bien en réalité, non. Cet album est honnête, plaisant même,quoiqu’un peu lassant sur la longueur.

Alors certes, on a un peu de mal à comprendre l’engouement disproportionné autour d’un groupe qui ne propose rien de bien nouveau mais soit, on ne boudera quand même pas notre plaisir à l’écoute de l’ultra efficace I bet you look good on the dancefloor. De même, Fake tales on san francisco sur lequel Alex Turner fait traîner avec morgue ce chant caractéristique qui rappelle un autre british, Mike Skinner de The Streets (l’accent sans doute). Sur Dancing shoes, les manches de guitares se déhanchent, la batterie nous fait de l’œil, et l’on se prend là encore au jeu. Le chant fêlé de Turner fait mouche sur la ballade Riot van. Le temps de reprendre son souffle (genre) voici venir Red Light indicates doors are secured, l’un des titres les plus accrocheurs, avec Perhaps vampires is a bit strong but… et ses breaks à répétition. Le reste est du même tonneau : efficace, énergique, on ne demande d'ailleurs rien d'autre.

Tant qu’on a pas de fourmis dans les jambes, dansons, les filles ! Mais après, il faudra quand même passer à quelque chose de plus sérieux.

Chroniqué par Imogen
le 21/02/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 01/12 - Chronique
Big Thief - U.F.O.F. / Two Hands
ven. 29/11 - Blog
Baston - Primates
mer. 27/11 - Chronique
L'Envoûtante - s/t
dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters