Accueil | dMute

Half Moon Run + La Femme

: @ Le 106 - 18/03/2013



Notre compte rendu

Belle affiche pour Le 106 avec deux groupes offrant des versions très différentes de l'univers pop. Entre l'indie-pop-folk pleine de poésie des Canadiens de Half Moon Run et la pop mêlée de rock'n roll qui fait le glossaire percutant des Français de La Femme, il est difficile de trouver un terrain d'entente. Pourtant, l'alchimie s'est produite devant une salle comble et les Canadiens ont fait office de première partie parfaite pour préparer la salle au vent de folie que jettera sur eux ces nouveaux troublions de la scène française. Revenant à Rouen un an après avoir fait la première partie de Chelsea Wolfe, les Canadiens de Half Moon Run sont à nouveau placés en début de concert, leur album Dark Eyes, malgré toutes ses qualités et la reconnaissance des critiques, restant relativement confidentiel. Pourtant, leur retour n'a rien d'une morne répétition.

Half Moon Run

Dès les premières notes de 21 Gun Salute, la salle est remplie de leur poésie venue du nord. Avec une atmosphère proche de celle dont est maître Other Lives, chaque titre atteint sans faillir notre cœur et, tout en restant en continuité avec le concert de l'année précédente, leur teinte pop est peut-être plus accentuée, rehaussant encore leur musique. Full Circle, titre sorti en single, montre finalement que le public est déjà connaisseur des mélodies de ce trio, tant il est difficile de résister à ce dialogue envoûtant entre la voix et la guitare folk qui fait toute la beauté de leur musique.

La Femme

Après avoir distillé plusieurs titres devenus cultes ces dernières années, les cinq membres de La Femme viennent de sortir leur premier album Psycho Tropical Berlin. A la fois succès critique et médiatique, ce groupe a la réputation d'un jeu scénique théâtral et, en effet, ils n'ont pas failli à leur réputation lors de ce concert. Revisitant les sixties ou le hip-hop avec un sens du second et troisième degré assez déconcertant, ce qui m'a même amené à me demander si ce second degré n'était finalement pas une nouvelle forme de sérieux, La Femme a transformé la salle en chaos sonore.

La Femme

Ce chaos et l'énergie de ces cinq comparses ont fait sortir de leur cadre les titres peut-être un peu trop travaillés de l'album pour redonner à La Femme ou au Blues de Françoise la fraîcheur de titres des sixties égarés dans un futur hanté par l'électro. Mais avec sa machine à voyager dans le temps, La Femme s'échoue aussitôt après dans les rythmes minimalistes des années 80 dans Si un jour, sorte de single des Calamités remis au goût du jour avec des paroles invitant à dépasser la binarité des genres, et proposant l'unisexe comme nouvelle utopie mettant fin à la guerre du mariage pour tous. Après ce passage "politico-eighties", Welcome America redémarre vers un dernier hommage au rock'n roll, préparant le final des deux titres phares La Femme Ressort, où le groupe atteint la synthèse la plus subtile de son réseau d'influences pour y engendrer SON style, et Le Télégraphe, titre source de leur succès et qui n'a donc pas eu besoin d'être intégré à l'album.



par Patrice Vibert
le 26/04/2013

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters