Accueil | dMute

Bloc Party

: Silent Alarm



sortie : 2005
label : Wichita
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Like Eating Glass
02/ Helicopter
03/ Positive Tension
04/ Banquet
05/ Blue Light
06/ She's Hearing Voices
07/ This Modern Love
08/ Pioneers
09/ Price of Gas
10/ So Here We Are
11/ Luno
12/ Plans
13/ Com

De Bloc Party, nous ne connaissions que trois EP prometteurs, Bloc Party, Little Thought et Helicopter, sortis l’année dernière. Depuis, le "buzz" ne cesse d’enfler et d’aucuns, sûrement plus avisés que d’autres, en font, avant même que l’album ne soit sorti et l’année finie, la grosse sensation rock de 2005.

Cependant, une oreille distraite rangerait sans doute Silent Alarm parmi ces nombreux albums sans grande originalité qui prolifèrent en ce début de siècle. Et elle n’aurait pas tout à fait tort. Ne nous voilons pas la face : Bloc Party n’invente rien ici. Si tout récemment The Strokes, Interpol ou Franz Ferdinand ont joué l’essentiel de Silent Alarm, il y a quelques temps, The Clash, Gang of Four ou Joy Division avaient déjà ouvert la voie. Bloc Party n’est pas là pour révolutionner l’histoire du rock, mais juste pour la perpétuer, ce qui n’est déjà pas si mal.

D’ailleurs, il ne faut pas longtemps pour se convaincre que le quatuor anglais est plutôt doué dans ce registre. La longue introduction de Like Eating Glass, faite de fluctuations électriques de guitares et des rythmes implexes de la batterie de Matt Tong, y suffit. Si le groupe sait composer d’élégants morceaux mélodieux ou atmosphériques portés par la voix de Kele Okereke (This Modern Love, Compliments), il n’est jamais meilleur que lors de ses déchaînements disco punk, propres à enflammer les dancefloors, dont l’énorme Banquet avec ses percussions tribales et les rudoiements énergiques que Russel Lissack fait subir à sa guitare est la meilleure illustration. Difficile également d’oublier le magnifique She’s Hearing Voices, morceau servi à merveille par le talent de chacun des membres de la formation.

L’époque est à un rock hédoniste et fougueux, ancré dans l’instant. Laissons-la être et profitons-en, jusqu’à ce que, lasse, elle disparaisse.

Chroniqué par dfghfgh
le 13/02/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
sam. 19/10 - Blog
The Blue Nile - Hats (1989)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters