Accueil | dMute

Death in Vegas

: Satan’s Circus



sortie : 2004
label : Drone
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ein Fur Die Damen
02/ Zugaga
03/ Heil Xanex
04/ Black Lead
05/ Sons of Rother
06/ Candy McKenzie
07/ Reigen
08/ Kontroll
09/ Anita Berber
10/ Head
11/ Come On Over to Our Side Softly

Death in Vegas est l’un des rares groupes dont l’œuvre monte en puissance à chaque nouvel album. Honorable Dead Elvis, remarquable The Continuo Session, splendide Scorpio Rising. Que dire de Satan’s Circus ? Qu’il marque une dépression dans ce qui semblait être une ascension irrésistible. En effet, il faut bien se rendre à l’évidence : Death in Vegas ne pouvait pas toujours faire plus fort, plus beau.

Devant le défit de relever une barre qu’il avait lui-même montée très haut, le duo anglais a renoncé : loin de se tourner vers l’avenir et de poursuivre son travail d’appropriation par l’électro des textures et des motifs sonores du rock – "son travail de fusion du rock et de l’électro", écriraient certains – Death in Vegas plonge son regard dans le passé, aux sources de la musique électronique, à une époque où justement l’électro naissait et se détachait du rock.

Vous l’aurez compris, exactement trente ans après la sortie de Autobahn, c’est essentiellement à Kraftwerk que Richard Fearless et Tim Holmes se réfèrent sur leur quatrième album. La présence du groupe allemand est écrasante : même sobriété dans les effets, mêmes mélodies naïves de synthé, même froideur apathique. Il y a de quoi être surpris. Aucun invité de marque sur Satan’s Circus. Vous n’entendrez pas les énergiques Iggy Pop et Liam Gallagher, pas plus que les charmantes Dot Alison et Hope Sandoval. Comme privés d’âme, les morceaux liminaires laissent de marbre.

Le salut de Satan’s Circus aurait pu venir du dub, seconde influence majeure de cet album et réminiscence de Dead Elvis. Cependant, ni le beat imposant de Candy McKenzie, ni la basse oppressante et les rythmes tribaux de Black Lead ne sont vraiment convaincants, même s’ils apportent un contrepoint massif et vibrant à l’épure glaciale des morceaux plus électroniques.

Malgré cet étrange ratage, Satan’s Circus est loin d’être hideux. Si sur certains morceaux Death in Vegas ne tend qu’à utiliser des textures sonores et des structures musicales d’un autre âge – celui de l’origine de l’électro – il parvient à en tirer le maximum. Aucune rupture rythmique, aucun son décapé à l’acide de l’électronique ici ; tout semble binaire, simple, déjà entendu, réutilisé à l’infini depuis les années 1970 et malgré cela, Death in Vegas parvient à arracher un hochement de tête cadencé. Et plus Satan’s Circus fracasse les réticences et brise les résistances, plus ses beats paraissent dévastateurs. De ce point de vue, Reigen et Sons of Rother, deux morceaux très rythmiques où chaque élément vient se mettre en place progressivement, sont très efficaces.

Il faudra attendre le pénultième titre, Head, pour que Death in Vegas renoue avec la beauté racée de Scorpio Rising. Un peu tard. Objet insolite, album en décalage avec son temps, Satan’s Circus laisse un sentiment ambivalent.

Chroniqué par dfghfgh
le 07/11/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Scorpio Rising
(2002)
Concrete
Electro-rock
Dead Elvis
(1997)
Concrete
Rock/electro
The Contino Sessions
(1999)
Concrete
Rock/Trip-Hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters