Accueil | dMute

Les Escales

: Édition 2008



Notre compte rendu

Cela faisait bien longtemps que la programmation du festival de musiques du monde des Escales n’avait pas été aussi alléchante. Tirée vers le haut par la venue exceptionnelle de Sonic Youth, l’affiche drainait les foules, battant les records d’affluence des seize dernières éditions. Souvenirs de Camille le vendredi et de Fabien le samedi.

Vendredi

Plantons le décor. Les Escales, ce sont deux jours de musiques du monde, dont la programmation est précisée par un thème. Cette année, comme en 2009 d’ailleurs, Les Escales seront Transatlantiques. Avec le port de Saint-Nazaire pour terre d’accueil et un public comme toujours familial, cette 17ème édition commençait pour nous par le jazz & african blues de Dee Dee Bridgewater. Un live émouvant, rythmé par la voix chaleureuse de cette belle femme, où l’on se surprend à remuer le popotin quand les percussions entrent en jeu. Très agréable,  Dee Dee prenait le temps, entre chaque morceau, d’expliquer, de raconter une histoire. On appréciera même les notes apaisantes de Nina Simone, reprise avec brio par la chanteuse américaine.


Nous abandonnons Dee Dee pour découvrir Antibalas sur la scène du Port, avec pour décor la base sous-marine de l’autre côté de l’eau. Étonnement vivant et remuant, le live des New-Yorkais  séduisait grand nombre de spectateurs, mais il était temps pour nous de rejoindre Balkan Beat Box sur la scène Estuaire, installée à quelques mètres de la Loire, où nous garçons, allions évacuer les bières. Décapante, la prestation de Balkan l’était. Orchestrée par des cuivres impeccables, la musique des Américains faisait remuer la foule, mélangeant tradition klezmer et samples électroniques avec talent. La voix façon Asian Dub Foundation haranguait le public, venu nombreux, et bien souvent sans les enfants… Festival familial, Les Escales ne s’étaient pas trompées en programmant les Balkan Beat Box au moment chaud de la soirée.

La soirée du vendredi s’achevait en promenade d’une scène à une autre, d’une déception à une autre. Charlélie Couture et son rock façon Johnny ou le grand bazar de Nervous Cabaret ne retenaient pas notre attention longtemps. Même Dj Chico qui clôturait la soirée n’atteignaient pas le niveau annoncé. Il était temps de rentrer.

Samedi

Bien que Nazairien de naissance, je découvrais pour la première fois Les Escales non sans une certaine curiosité. Accompagné de quelques amis, je me plus à découvrir un festival différent de ce que à quoi on peut s’attendre d’ordinaire d’un tel événement.



Il y a ce public d’abord. Un public venu en nombre et en famille bien souvent. Mais surtout, une population on ne peut plus cosmopolite. Côté ambiance, je ne m’attendais donc pas à quelque chose d’exceptionnel. Cela fût plutôt bon enfant, voire calme. Un peu trop peut-être même, notamment sur Sonic Youth.

Tête d’affiche de ces Escales, le légendaire quintet New-Yorkais nous offrait pourtant un live dévastateur et expérimental à souhait. Malgré un jeu de scène limité, le groupe irradiait pourtant la scène d’un charisme qu’on ne retrouve que chez les plus grands. Voix ténébreuses et riffs accrocheurs se rendaient la pareille avec vigueur sur les rythmiques puissantes du batteur Steve Shelley. Et Kim Gordon poussait la chansonnette avec ce qu'il lui reste de cordes vocales. Si le public ne répondait malheureusement guère, il aura sûrement apprécié l’impressionnante maîtrise des Américains. En dépit d’un rappel bâclé, ils nous remémoraient ainsi qu’ils étaient au centre de ce week-end musical nazairien.

Avant eux, la populaire Asa avait gentiment lancé la soirée, dans la lignée de ses « tubes » FM. Une prestation un peu trop sobre néanmoins à mon goût. Je lui ai largement préféré le live électrique de Ramiro Mussoto. S’inspirant de musiques brésiliennes, le groupe s’illustra par son énergie incroyable et l’utilisation d’instruments pour le moins originaux.



Après une rapide pause du côté de la scène du Port où la troupe de Fred Wesley et Pee Wee Ellis (qui ont tourné avec James Brown) n’a pas vraiment retenu mon attention, nous nous (re)dirigèrent vers la scène principale. Alpha Blondy s’y produisait avec son engagement habituel. Et, malgré une prestation qui manquait singulièrement de ressort, il parvenait à faire bouger une foule quelque peu rajeunie.

Je rentrai ensuite chez moi sur un sentiment partagé. Si l’originalité du site portuaire, l’éclectisme de la programmation, la diversité de la population ou les différentes animations m’ont réellement séduit, j’avoue ne pas m’y être retrouvé d’un point de vue strictement musical… Malheureusement, n’était-ce pas là l’essentiel ?

par Fabien
le 14/08/2008

Tags : | Les Escales

Partager cet article :





2 commentaires

par Camille (le 18/07/2007)
J'ai quand même le droit d'avoir mon propre point de vue sur les groupes. On peut pas tout aimer. Prend des leçons de respect et repasse me voir.
C'est pas le style de dMute d'incendier les chroniqueurs.

par Edwin (le 17/07/2007)
Apparemment tu n'es pas dans le trip et tu ne connais pas vraiment l'artiste et si ça ce trouve tu n'as jamais écouté ses 2 albums alors arrête de dire des conneries et libère toi un peu et si tu veux que je te file du son y a pas de problème ...
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
sam. 19/10 - Blog
The Blue Nile - Hats (1989)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters