Accueil | dMute

Transmusicales

: Édition 2007



Notre compte rendu

Fidèle à sa réputation de dénicheur de talents, le festival des Transmusicales de Rennes offrait cette année encore un concentré de découverte. Je décidais donc de m’y rendre pour la première fois, histoire de voir de mes propres oreilles ce que cet évènement avait de si particulier. Emploi du temps oblige, je n’ai pu profiter que de la dernière séance, le samedi soir.

Après quelques verres et un trajet en bus inconfortable mais vraiment drôle, nous voilà débarqués aux abords du Parc Expo. L’ambiance du site est exceptionnelle. L’atmosphère industrielle que dégagent les immenses halls fait résonner les beats crachés par l’excellente sonorisation. Pressé d’arriver dans le hall # 9 par peur de rater le début du show de Modeselektor je ne m’attarde pas longtemps dans les allées, me faufilant à travers les hordes de Bretons. Jeunes et moins jeunes semblent faire de même. Le son de Don Rimini qui s’échappe du hangar donne l’impression d’une salle surchauffée. Surprise en entrant, très peu de monde s’est massé devant la scène.



Quelques instants de bonne musique plus tard, les deux Allemands arrivent sur scène, après quelques secondes de blanc seulement. S’en suivra un live parfaitement maîtrisé, captivant, où le temps passe tellement vite qu’il semble avoir été accéléré par une force inconnue. Je dois avouer mon dégoût pour TTC. Pourtant Modeselektor parvient à rendre les deux featurings audibles. À voir les énervés qui m’entourent, je dois être le seul à ne pas vraiment apprécier. On applaudit très fort, on en redemande tous mais la fin se fait sentir et les phénomènes de BPitch Control s’éclipsent.



"Eh man, turn those fucking lights off !" Un gros bonhomme s’installe sur les devants de la scène et s’en prend aux régisseurs façon starlette. On va voir ce que ça donne. "Ce gars-là s’appelle Dan Deacon." Un son débile et même pas marrant à mon goût. Il est temps de manger quelque chose.

Après un repas hautement gastronomique, on décide de digérer sur un set de Simian Mobile Disco. Leur mix commence comme leur album par un Sleep Deprivation captivant. Chaque morceau fait son effet, sans toutefois être révolutionnaire. C’est simple, ça bouge et on aime. Pas besoin de bouger en revanche pour découvrir le jeune Boys Noize. Le gars se pointe sobrement après que le duo anglais nous ait épuisés. Aucun souci, il a concocté une recette de techno toute fraîche et pas très délicate… La scène allemande, tout simplement. "Dance, dance, dance…" On fait que ça depuis une heure et demi, les bras en l’air et les jambes en compote. Le set est très long, trop long presque mais impossible de partir avant la fin. Lessivés, on erre dans les halls, histoire de trouver quelque chose qui nous plaît, mais en vain.



On fait un rapide saut devant Flying Lotus, on décide de rentrer. Pas de Teknival pour nous, les copains nous attendent pour terminer la crémaillère. Enfin, on n’a pas besoin d’excuses pour éviter de labourer un champ sur du boum boum interminable.

par Camille
le 26/12/2007

Partager cet article :





4 commentaires

par Camille (le 15/02/2008)
J'accepte les remarques. Chacun vit son festival comme il le veut. Mais défendre Boys Noize serait une réponse à une attaque, ce que je n'ai pas fait. J'ai apprécié son set, vraiment. J'ai juste trouvé ça un peu long.

par Huul (le 03/02/2008)
J'étais aux Trans et je n'ai pas vraiment adhéré à ton compte rendu. Je ne suis pas resté uniquement dans le HALL9 (contrairement à toi visiblement), donc je n'ai pas vu tous les concerts de cette salle.

CECI DIT. D'une part, le son n'est pas aussi impeccable que tu le dis (dur pour une critique musicale). Ensuite, "atmosphère industrielle" ? Je rêve ou quoi ? Un parc des expositions, une atmosphère industrielle ? Je dois rêver. Des gros hangars bien carrés, OK. Mais une ambiance industrielle, là, non.

Et puis l'ambiance des Trans n'est pas aussi extraordinaire que ça, mais bon, j'accèpte.

Pour finir, je voudrais défendre le pauvre Boize Noize. Pour une fois qu'un musicien techno est modeste scèniquement, pour laisser place à un son extrêmement clean, travaillé, recherché. Il mixe aussi bien des sons des 70's, que des sons actuels. Et puis effectivement, c'était très très dance dance dance, mais putain, faillait y aller ! Faut gigotter le popotin, pour apprécier un peu !

par Camille (le 02/01/2008)
Qd je me suis pointé sur place, le son de Don Remini et impec' pr une telle salle, non insonorisée. Pareil pr Modeselektor. Ca s'est dégradé pr (l'autre abruti) de Don Deacon... J'admets que ds d'autres halls c'était pas ça, comme pr Flying Lotus.

par bloops (le 02/01/2008)
est ce que tu peux nous expliquer en quoi le son des halls du parc expo etait impeccable?
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters