Accueil | dMute

Sons and Daughters

: The Repulsion Box



sortie : 2005
label : Domino
style : Bonnie & Clyde Rock'n'Roll

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Medicine
02/ Red Receiver
03/ Hunt
04/ Dance Me In
05/ Choked
06/ Taste The Last Girl
07/ Monsters
08/ Rama Lama
09/ Royally Used
10/ Gone

The Repulsion box, titre étrange, séducteur, engageant, aguicheur, comme l'annonce d'une intimité (dans une petite boîte…) violente (…de répulsion). L'objet, dix morceaux sans répit ou presque (Choked), 30 minutes de rock sauvage mâtiné de folk, de country (Choked à nouveau), d'accents texans, de stetsons poussiéreux, de rythmiques galopantes (Red Receiver), le tout emmené par la voix rêche et la guitare d'Adele Bethel, avec son compagnon Scott Paterson à la voix grave et chaude dans la sarabande.

Rythmiques binaires (Monsters, Hunt), incantations épileptiques (Rama Lama, Dance Me In), récits de poursuites épiques évoquant Ford, Peckinpah ou Penn (Hunt, Taste the last girl) où plane le spectre chamanique de Patti Smith. Car Sons and Daughters fait la preuve de la même capacité à écrire des morceaux autour de rythmiques tribales, guerrières (Dance Me In), conquérantes, et de guitares incandescentes. Sons and Daughters, c'est un peu la réunion mystique où l'on évoquera les grands esprits du rock western, les chamans, les prêtres, morts ou vivants, Patti Smith, David Eugene Edwards, Jim Morrison, Leonard Cohen. Du rock habité, qui peut-être n'aurait pas dû venir après cette pléiade sacrée, mais qui n'en reste pas moins puissant, intense, émotionnellement violent.

Pourtant, fine ligne de démarcation d'avec ces ascendances, la musique de Sons and Daughters est située dans un temps où les choses vont plus vite, où l'on ne s'arrête pas de fuir. On est loin des titres lentement déployés vers une acmé de feu, comme Gung Ho de Patti Smith. Ces incantations, Sons and Daughters les ont réduites à leur quintessence, leur immédiate violence (Dance Me In). Même Rama Lama, le titre qui se développe avec le plus de lenteur vers le point-limite de l'incantation, est contenu dans cinq courtes minutes. Une boîte de répulsion, en définitive, petit objet cubique à la limite de l'explosion. Un temps fulgurant, crié, ivre et brûlant. Aussi fort que son titre, The Repulsion Box.


Chroniqué par Mathias
le 12/09/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
sam. 19/10 - Blog
The Blue Nile - Hats (1989)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters