Accueil | dMute

Art Brut

: Bang Bang Rock & Roll



sortie : 2005
label : Fierce Panda
style : Concept Rock'N'Roll

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Formed A Band
02/ My Little Brother
03/ Emily Kane
04/ Rusted Guns Of Milan
05/ Modern Art
06/ Good Weekend
07/ Once Is Enough
08/ Fight
09/ Moving to LA
10/ Bad Weekend
11/ Stand Down
12/ 18 000 Lira


Art Brut, c'est du rock'n'roll conceptuel. Exactement au sens où l'on parle d'art conceptuel : une musique où l'idée et le texte à son fondement priment la sensation et le rapport direct à celle-ci. Pour du rock'n'roll qui se veut échevelé comme celui-ci, il y a comme un non-sens qui fait de ce disque, sinon un bon album, du moins une date, un cas unique, quelque chose qu'il faut connaître comme une étape de l'histoire du rock ou plutôt comme un de ces manifestes par lesquels le scandale arrive, quelque chose qui peut-être retombera dans l'oubli ensuite. Est-ce à dire que ce disque a de la valeur ? Pas forcément, et il me semble davantage mériter un débat cravaté autour d'une table plutôt que des écoutes répétées. Rien de bien rock'n'roll, donc.

Pour parler de ce disque, se munir d'un article double : d'une part pour dire ce qu'il est musicalement parlant, de l'autre pour en révéler la position idéologique et, éventuellement, dénoncer la supercherie qui s'y dissimule.

De la musique gravée dans ces sillons, tout se dira très vite : des Clash au Velvet en passant par Gang of Four, Art Brut connaît ses classiques sur le bout des doigts et cela s'entend. Malgré l'énergie assurément séduisante, juvénile et fraîche qui parcourt Bang Bang Rock & Roll, il n'y a rien de neuf ou qui n'ait déjà été entendu ailleurs chez Art Brut. En soi, c'est déjà presque un exploit, produire un disque intégralement fondé sur le pastiche ou (au choix) le pillage. Au crédit d'Art Brut également, la force de stupéfaction de leurs vocaux, à les entendre marteler lors d'une incantation épileptique "18 000 lira !!" dans le titre du même nom.

Restent les paroles qui, tout en étant hilarantes, font de cet album un objet détestable, quelque part entre le foutage de gueule intégral et la nouvelle sensation pour wannabe déglingo en mal de hype. Sont donc passés en revue les thèmes éminemment adolescents la coucherie manquée (option problèmes d'érection) sur Rusted Guns Of Milan ("I know I can I know I can I know I can / It doesn't mean that I don't love you / One more try with me above you"), de la haine très bas de plafond vouée à l'art moderne sur Modern Art ("Modern Art makes me want to rock out !"), de la découverte émerveillée d'une nudité dans un esprit potache et American Pie sur Good Week-End ("I've seen her naked TWICE ! I've seen her naked TWICE !"), le tout racheté par une morale qui rassurera les parents : "I can't get on my old flame / I'm still in love with Emily Kane !" (Emily Kane). Art Brut, ou comme il est bon d'être un lycéen boutonneux.

Le problème de ce disque restant l'imposture complète qu'il constitue : former un groupe de rock, oui, mais en dénoncer, ironie et faux cynisme à l'appui, combien il est ridicule et vain d'être dans un groupe ("Formed a band ! We formed a band ! Look at us ! We formed a band !" sur Formed a Band), sans oublier de rire des problèmes du monde ("We're gonna be the band that writes the song that makes Israel and Palestine get along"). Des rockeurs qui ne croient pas un instant au rock'n'roll, ce qui en soi n'est pas forcément un mal ("My little brother just discovered rock'n'roll ! There's a noise in his head, and he's out of control !" sur My Little Brother), grimés en déconstructeurs chics : Bang Bang Rock & Roll par Art Brut, tout un programme. Cette musique est fun. Elle est insupportablement stupide. Drôles de fossoyeurs…


Chroniqué par Mathias
le 22/08/2005

Partager cet article :





1 commentaire

par Max (le 10/01/2008)
Je veux laisser un commentaire à cet article qui pourtant date de deux ans, et même si un nouvel opus du groupe est sorti depuis. Quand Eddie Argos scande avec son accent cockney "Formed a band, we formed a band. Look at us!", il n'y a aucune ironie, ou faux cynisme, ou que sais-je encore, mais simplement la volonté de faire part de la satifaction d'avoir formé un groupe. Le mec ne sait absolument pas chanter, "this is my singing voice, it's no irony" explique t-il dans la même chanson. Jean Dubuffet a qualifié d'Art Brut l'art de créateurs sans formation ni culture, c'est désormais le nom du groupe d'un type qui ne sait pas chanter qui plaque ses textes délirants et parlés sur des accords primaires et saturés. Tout ce qu'il ya de plus rock'n'roll.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters