Accueil | dMute

Klub des Loosers

: Interview avec Klub des Loosers




Ton maxi "La femme de fer" était annoncé pour la mi-juin, mais impossible de le trouver. Quand sera t-il finalement disponible ? Et est-ce que l'album risque d'être repoussé lui aussi ou pas ?

Le EP " la femme de fer " devait sortir avant les vacances. Un problème dans la fabrication a quelque peu retardé la sortie. Comme Record Makers est en licence chez Virgin, ce sont eux qui décident des dates de sortie. Ce EP sort fin septembre. Je l'ai conçu dans un esprit vraiment différent du premier. Sur " Baise les gens " l'ambiance était plutôt sombre et les textes assez lourds en contenu. Le EP "la femme de fer" est plus léger. Je l'ai sorti dans l'idée de faire patienter les gens avant l'album. J'ai repris deux morceaux qui m'ont fait connaître à savoir " l'hymne " (cf " l'antre de la folie ") et " la femme de fer ". Cependant la femme de fer n'a rien à voir avec la première version, sortie sur la mixtape "gastro-entérite" (waxexpressprod). La première version était de la pure méchanceté gratuite pour coller avec l'esprit horrorcore de la tape. Sur le EP j'ai repris ce thème de la femme sans jambes en en faisant une chanson d'amour. Il y a différent degrés de lecture en fait. Une écoute vite fait peut faire penser que comme la première version il s'agit de phrases gratuites. Mais en fait toutes les phases sont construites autour du thème de l'amour malgré le handicap. C'est par exemple pour cela que j'ai changé "je continue jusqu'à ce qu'elle vomisse" en "je continue jusqu'à ce qu'elle jouisse". Mon idée en fait était de scandaliser les gens à la première écoute, alors qu'en fait ce n'est qu'une histoire d'amour malgré le tabou du handicap. J'ai poussé le délire dans le kitsch de l'instru, de la pochette et même du clip. Car avouons-le l'amour c'est niais. Le troisième morceau de cet EP est une collaboration avec Cyanure sur le personnage de Greedo dans Star Wars. Cyanure et moi collectionnons tous deux les jouets Star Wars sortis entre 78 et 85. La collection de Cyanure est super impressionnante, à un ou deux personnage prés, je crois qu'il les a presque tous. Nous avons d'ailleurs reconstitué une scène du film avec les jouets au dos de la pochette. La version vinyle contient l'instru de "Baise les gens". La version cd contient le remix de "Baise les gens", fait par Tacteel, Orgasmic et moi-même. Aucun des morceaux de ce EP ne sera sur l'album. L'album du Klub des Loosers est prévu pour début 2004. Il sera dans la lignée du premier EP. Je l'ai voulu très cohérent. Ce ne sera pas une compilation de morceaux.

En ce qui concerne l'EP, j'avais vu par rapport aux paroles sur le site du Klub qu'il s'agissait d'une nouvelle version de "la femme de fer ". Pour "l'hymne", ce sera exactement la même version que celle présente sur "L'Antre de la folie" ?

Pour "l'hymne" ce seront les même paroles mais l'instru change car sur " l'antre " il s'agissait d'une face B, à savoir le morceau "Farmhands" de Mr Lif. J'ai produit l'instru de la nouvelle version.

Sur "Baise les gens", le refrain est carrément obsédant. Qu'est-ce qui t'as poussé à faire chanter Jonathan Lambert, et était-il aussi déchainé pour l'enregistrement que dans ses sketches ?

C'est en regardant la chaîne Comédie que j'ai découvert son humour et tout de suite j'ai eu envie de collaborer avec lui car je trouvais qu'on avait un univers commun, un cocktail à la fois triste et trash. C'était marrant de le voir poser tous les 'baiser baiser" à la suite, on aurait dit qu'il récitait des gammes. Et puis tout de suite après il redevient tout normal. Comme tous les grand psychopathes on ne soupçonne pas de quoi il est capable en le voyant. En tout cas c'est quelqu'un de très appréciable et je pense qu'on sera amenés à faire d'autres trucs ensemble.

Par rapport à l'album, est-ce que tu vas explorer des thèmes différents de ceux que tu as déjà abordé ?

En fait pour l'album je n'ai pas voulu faire un thème par morceau. Je trouve ça scolaire. Quand un thème vient tant mieux sinon je ne me force pas, c'est comme pour les refrains. Pour l'album j'ai plus voulu donner une ambiance générale, à l'intérieur de laquelle certain thèmes peuvent se retrouver. De toute façon il y a plein de façons de traiter un même thème. Regarde "Poussière d'enfant" et "Ça va s'arranger" parlent tous deux de l'enfance. Mais l'un est sur la mortalité infantile alors que l'autre est sur les traumatismes d'enfance. Sur Arte cela donnerait lieu à deux soirées Thema et non à une.

Si je suis un peu ce que tu as déjà dit sur l'album, tu as essayé de lui donner une certaine homogénéité ?

Oui j'ai vraiment essayé de faire en sorte que l'album soit cohérent au niveau des sons. Il y a certaines sonorités que j'affectionne particulièrement, surtout utilisées à la fin des années 70. Elles évoquent à la fois le kitsch et la tristesse. Mais elles sont dures à trouver donc une grosse part de mon travail s'est faite à ce niveau. écouter plusieurs centaines de disques afin de trouver les sonorités parfaites. J'adore ça. Il n'y a rien de plus excitant que de trouver une putain de boucle au détour d'un morceau. J'ai vraiment cet amour de la boucle. Je regrette d'ailleurs que cet aspect se soit perdu et qu'aujourd'hui les samples n'ont plus une importance énorme dans le rap. Or moi c'est ce qui m'a attiré à la base. Limite je ne calculais que les instrus.

Sinon comment tu as abordé la conception de l'album ? Ca a du être une expérience assez nouvelle, car Orgasmic n'étant plus dans le Klub des Loosers, je suppose qu'il a fallu que tu gères les paroles et la musique. C'est toi qui a composé les morceaux ?

Le départ d'Orgasmic ne m'a pas perturbé au niveau production car j'ai toujours participé activement à l'élaboration des instrus. Les gens ont du mal à se dire qu'un mc peut aussi faire des sons. Son départ m'a plus perturbé pour l'aspect turntablist qu'il y avait sur les morceaux, cette osmose entre les scratchs, l'instru et le coté vocal. Mais sur l'album il y aura des scratchs, Detect assurant la relève. Le délire sera juste poussé moins loin car nous n'avons pas encore la même complicité dans le travail qu'il y avait avec Orgasmic avec qui je travaillais depuis 7 ans. Et je n'ai pas envie de mettre des scratchs juste pour faire hip-hop. Ils doivent avoir une réelle fonction dans le morceau pour que cela soit intéressant.

J'avais lu dans une interview que tu as accordée à feu à hiphopsection que Delleck t'avais aidé, mais il n'a pas produit de morceau sur ton album ?

James Delleck est réalisateur sur mon album. Il est chargé de superviser le projet. J'aime beaucoup travailler avec lui car c'est quelqu'un de super carré, qui connaît très bien ses machines et qui a pas mal d'expérience. Il a su s'adapter à mes méthodes de travail. J'ai composé l'ensemble des morceaux. Comme je n'ai pas une grande expérience des machines, James Delleck m'a pas mal aidé de ce coté là. Sur certain morceaux la collaboration a été plus poussée et cela pouvait être lui qui me conseillait dans le choix d'une caisse claire, dans la manière de mixer...Donc certains morceaux sont co-produit par lui. Mais c'est vraiment mon univers musical qu'on retrouvera tout au long de l'album. Il y a un coté crade, inachevé auquel je tenais absolument. J'aime ce coté "on fait tourner une boucle, un mec rappe dessus un couplet et cela s'arrête". C'est ce coté immédiat, ce coté polaroid que j'aime dans le hip hop. Je n'aime pas quand cela est trop travaillé. Ou alors si ça l'est, cela ne doit pas s'entendre. Le meilleur exemple c'est quand Ghostface sample du Barry White ou un truc de soul trop grillé. Il y a un coté complètement improbable. exactement comme quand tu vois une "wall car". Tu te dis "Putain un graff. Putain un train". Et le fait que l'un soit sur l'autre choque au premier abord parce que ce n'est pas dans l'ordre des choses mais en meme temps il y a une harmonie. Pour moi c'est ça le hip hop. Et c'est seulement cela qui m'intéresse. Des boucles et ce qu'un mec raconte dessus. Tout le reste, l'imagerie rue, le coté revendicatif -je t'apprend la vraie vie des jeunes qui galèrent en bas des tours- cela m'indiffère totalement. Alors après on peut faire des débats quant à savoir si je suis hip-hop ou pas. Moi j'ai l'impression de l'être par rapport à l'époque que j'ai affectionné. Le hip hop que j'aimais s'est complètement perdu aujourd'hui. J'ai une vision très personnelle du hip hop. J'ai pris seulement ce qui m'intéressait dedans sans essayer de coller au cliché entier. De toute façon je ne pense vraiment pas qu'il y ait un seul hip hop. De toute façon si tu as écouté l'atelier tu sais que c'est mon ami. J'ai pris la liberté de déborder de la question en allant un peu au devant de ce que l'on me demande habituellement.

Justement, j'allais te poser une question plus ou moins en rapport avec ton débordement. Je prends mon propre exemple, je viens de la campagne, j'ai pas eu ce qu'il convient d'appeler une enfance difficile ou perturbée, je n'ai même pas découvert le hip-hop à 10 ans, mais pourtant, je me retrouve assez bien dans la musique hip-hop, mais pas vraiment l'imagerie et les clichés. Ce qui m'amène à la question, sur l'évolution du hip-hop. Est-ce qu'il n'y a pas une sorte d'évolution parallèle du hip-hop ? Avec un coté qui se codifie et tourne en rond et une scène disons "alternative" qui essaie d'être créative, novatrice et qui attire des gens qui à la base n'étaient pas forcément attirés par l'image hip-hop véhiculée par les médias

Ton exemple personnel va tout a fait dans mon sens. Je suis versaillais, tous les types qui ont grandi avec moi ont une culture rock pop ou techno. A l'époque du grunge, moi j'écoutais nova. J'ai toujours été le seul mec de mon entourage à écouter du hip hop. Je me suis fait ma culture musicale entièrement seul, par le biais de radio comme nova. J'arrêtais pas d'appeler leur standard pour savoir quel titre avait été diffusé. Je notais les heures de passage des morceaux que je kiffais. La première fois que j'ai entendu "the world is yours" de nas c'était un samedi vers 1h, je venais de mater le porno de canal plus en crypté. Je suis resté scotché. Il y avait aussi 106.3 fm, "mo bass" sur libertaire avec LBR et puis le mythique Cut Killer Show le samedi après midi. Comme personne d'autre n'écoutait du rap autour de moi, j'ai toujours vu ma passion pour le hip hop comme un truc personnel que je n'avais pas à revendiquer. C'est vraiment un truc d'ado de se mettre des oeillères via un courant musical genre je m'habille, je pense, je mange hip hop. En plus le hip hop est une musique de récupération. Il faut injecter des choses dedans. Si tu restes enfermé dans une sphère hip hop ta musique tourne vite en rond. A part rapper sur ton amour du hip hop et sur le fait que tu rappes tu ne vas pas aller bien loin... Je ne crois pas à cette évolution parallèle du hip hop. Ce serait vraiment simpliste de dire qu'il y a le courant rap français traditionnel qui est pourri et puis un courant parallèle (TTC, klub des loosers, l'atelier) qui lui amène le renouveau du hip hop. Ça me fait penser à certains débats stériles que tu peux lire sur internet. Il faut que les gens comprennent qu' aussi bien TTC que le Klub des Loosers nous n'essayons pas de faire un truc différent pour faire un truc différent. Nous sommes simplement nous mêmes et après il se trouve que cela sonne différent. Mais ce sont deux démarches totalement différent. Nous n'allons pas en studio en nous disant "bon qu'est ce qu'on va bien trouver pour être différent aujourd'hui ?". Moi je respecte toutes démarche artistique en tant que telle, meme si après le truc ne me plait pas forcément. Mais aujourd'hui il y a de moins en moins d'artistes dans le rap et meme plus globalement dans la chanson. Beaucoup de rappeurs sont interchangeables. Tu ne sens aucune personnalité quand ils rappent, aucune démarche. Il y a des mecs qui essaient de pomper notre démarche en se disant "on va raconter un peu n'importe quoi, un peu des trucs de psychopathe pour être original", mais ça ne colle pas parce que tu sens bien que ce n'est pas leur personnalité qui ressort. Par exemple quand Tekilatex a fait " Leguman ", ce n'était pas du n'importe quoi, c'est vraiment son univers. Il mange au moins un poulet par jour. Pour moi ce que tu racontes n'a pas de réelle importance. Quand j'écoute un disque je veux entendre une atmosphère, je veux être marqué par quelque chose. Après peu importe le contenu si cela est fait avec talent. C'est pour ça que je ne rentre pas dans le débat rap de rue/ rap expérimental, comme on nous appelle. C'est marrant je parle un peu comme un D.A, voilà ce que c'est de trop traîner dans les couloirs de maison de disque et de prendre de la farine pour le nez. Les gens d'internet avaient raison. J'ai changé depuis que j'ai signé. A bas Fuzati.

En fait, je voulais pas dire qu'il y avait deux courants un pas bien et un bien. Même dans ce qu'ils appellent "mainstream" y'a des trucs sympas, dans les production des Neptunes par exemple. Ce que je voulais dire, c'est qu'il y a un certain pan du rap qui s'enferme dans le cliché. Enfin bon, bref. Suite à ta dernière phrase, ça me parait le moment idéal pour poser la question bête de Clemsy : "Pourquoi Fuzati est si méchant" ? La coke ?

La coke ne rend pas méchant, juste ridicule. Nous vivons dans un monde merveilleux où la gentillesse est assimilée à de la faiblesse. Donc je m'adapte. En plus j'ai toujours détesté le politiquement correct, donc je dis les choses telles que je les pense meme si cela peut choquer. Comme ma phase dans l'atelier sur le sida. Il n'y a aucune provocation là dedans. C'était une réflexion sur le pouvoir de donner à la fois la vie et la mort, en bref de s'arroger le pouvoir de dieu. Mais les gens qui ne vont pas chercher très loin vont dire que c'est de la provoc et que je suis méchant. Rien n'est gratuit dans cette méchanceté apparente que je distille.

J'en reviens rapidement à ton album, est-ce que tu seras seul à rapper où tu as invité d'autres personnes

Je suis le seul invité de mon album et heureusement sinon ce serait juste un album instru. C'est un album personnel, je n'avais pas spécialement envie de le partager avec quelqu'un. De plus j'ai déjà collaboré avec les gens qui m'intéressaient sur l'atelier.

Question qui m'est venue en écoutant le morceau "Chacun cherche son chat" extrait de la mixtape "Dimension Psykédélik". Est-ce que tu as finalisé le projet "Une chatte sur un toit brûlant" ? Bon okay, c'est une question débile et tu es pas obligé de répondre mais elle me tenait à cœur.

Je n'ai malheureusement pas pu finaliser ce projet qui me tenait tant à cœur. Avec les filles je n'arrive jamais à dépasser le stade du confident qui a le droit d'écouter leurs histoires inintéressantes pendant des heures mais jamais de leur faire l'amour. Là j'ai carrément arrêté de croire qu'une fille pouvait avoir envie de moi. La dernière soirée ou j'étais j'ai parlé avec une fille pendant plus d'une heure, je la faisais rire, je lui parlais de littérature... bref des choses bien. Un mec passe. Ils n'a meme pas eu besoin de lui parler. 10 mn après il l'a serrée. Hé oui c'est aussi ça ma vie.

Plus sérieusement, est-ce que tu feras quelques concerts après la sortie de l'album ? Au Batofar ou ailleurs si il est finalement fermé. Tu penses quoi de cette affaire de fermeture administrative du Batofar d'ailleurs (si tu en penses quelque chose) ?

Pour l'instant je suis encore dans la réalisation de l'album donc je ne pense pas trop aux concerts. Disons que je n'ai pas envie de faire que des concerts où je me contente de rapper les morceaux les uns à la suite des autres. J'ai vraiment envie de faire un spectacle Klub des Loosers. Ce qui prends du temps à préparer. donc chaque chose en son temps. Mais comme j'aime la scène et que je n'en ai pas fait depuis longtemps vous devriez me voir bientôt. Pour le Batofar je ne pourrais jamais oublier cette période ou c'était devenu une sorte de deuxième maison tellement il y avait de trucs là bas, avec Teki, Orgasmic, Detect, Fab... J'ai pleins de bons souvenirs là bas, dont un concert de Dose One, qui portait des ailes d'ange, absolument incroyable. C'est vrai que c'est dommage si cet endroit ferme mais je ne suis pas aux courant des raisons. Et puis il ne faut jamais trop s'attacher aux choses.

J'ai une question sur tes références. Disons plutôt tes goûts.. Pas forcément musicaux, mais plutôt littéraire et cinématographique. A ce sujet " Une chatte sur un toit brûlant" c'est en référence au film du même nom ?

Dans le morceau sur le chat, le titre " Chacun cherche son chat " est une référence au film de Cédric Klapish, tout comme " une chatte sur un toit brûlant " est une référence au film. Je ne suis pas un très grand cinéphile car je n'ai pas beaucoup de temps pour aller au cinéma et que dans les vidéoclubs, il y a très peu de films intéressants. Par contre j'ai beaucoup lu à une époque. La littérature italienne contemporaine m'influence pas mal. J'aime beaucoup Barrico, Calvino et bien sur Dino Buzzati. c'est d'ailleurs de lui que je tire le nom de Fuzati. On retrouve chez ces auteurs une mélancolie. Il y a quelque chose de triste et d'à la fois inéluctable qui se dégage de leurs oeuvres. Ce sont les sentiments qui ne me quittent pas.

Et puis bon, l'habituel message à faire passer, si tu as un, vas-y

Concernant le dernier mot je tiens à dire que le Klub des Loosers n'est pas qu'un concept. J'ai l'impression qu'il y a une recrudescence de gens s'identifiant aux loosers ou se revendiquant comme tel. Même le mec qui a gagné le concours Skyrock. Moi je n'essaye pas de faire un truc simpliste et démagogique autour du looser. Je sais que c'est quelque chose de facilement accrocheur mais ça ne m'intéresse pas. Je suis sincère dans le fond de ce que je raconte, même si après les histoires que je brode autour relèvent parfois de mon imagination. Tout ce que je raconte, je l'ai ressenti. L'album sera triste. Je suis triste. Je ne me complais pas là dedans. J'aimerais que ça s'arrête.

Interview par Traulever
le 20/09/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
La Fin de l'Espèce
(2012)
Les Disques du Manoir
Hip Hop
Vive la vie
(2004)
Record Makers
Hip-hop
Baise les gens
(2003)
Record Makers
Hip-hop
Sous le signe du V EP
(2004)
Record Makers
Rap



1 commentaire

par mister-caca (le 15/12/2009)
Ce mec est un pur produit marketé pour les bobos, sa musique pue, il a une voix de merde...
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters