Accueil | dMute

The Herbaliser

: Interview avec The Herbaliser




On a suivi tous vos albums et le moins qu’on puisse dire c’est qu’on en est fans, que ce soit à Infratunes ou à radio 404, et nous nous sommes demandés comment vous avez procédé pour amener votre travail de studio à la scène, en concert.


C’était au moment où nous avions terminé l’album « blow your headphones », et Ollie avait déjà beaucoup mixé avec d’autres DJ de Ninja Tunes. Et personnellement, ce qui m’embêtait c’est que dans la tête du public, Herbaliser, c’était Ollie seulement, alors que nous en étions tous les deux les producteurs et parce que je n’étais pas DJ, Ollie en était devenu la figure visible et comme j’avais un groupe de funk et que nous voulions voyager dans le monde et fumer de la skunk - parce qu’il y avait plein de skunk en Europe à cette époque et c’était dur d’en trouver en Angleterre - c’était il y a huit ans ; alors nous avons décidé de jouer nos albums en live, mais le plus difficile est que les rythmiques devaient sonner comme en studio, créés à partir de samples. Alors, nous avons eu à recomposer la plupart des titres, en utilisant des cassettes DAT afin de faire tourner les rythmiques en live, et le groupe jouait par dessus.
Ca m’a pris beaucoup de temps de former mon oreille à la préparation de ces rythmiques pour le jeu en live avec le groupe . Mais passé ce stade, très vite nous avons eu du succès, et après quatre ou cinq concerts nous nous sommes retrouvés à jouer à d’assez gros festivals et après on a explosé. Mais ça c’était il y a 7 à 9 ans...


Et comment était votre contact avec les musiciens, quel part avaient-ils dans le processus de re-création des morceaux ?


Sur le dernier album, certains des musiciens ont pris une plus grande place dans l’enregistrement, une section de cuivres était utilisée sur à peu près six titres et en fait ils ont écrit leur propres parties et il y a deux claviers, qui joueront ce soir, qui sont des amis de longue date, ils ont joué d’avantage sur cet album. En fait sur cet album nous étions plus en confiance pour nous enregistrer, parce qu’à la fin de la journée nous avions des micros et du matériel d’enregistrement beaucoup plus cher, alors qu’avant nous faisions nos enregistrements avec du bas de gamme, nous ne nous sentions pas à l’aise pour nous enregistrer parce que le son n’avions pas un aussi bon son que si nous avions samplé un vynile.


Pour revenir à l’album Blow Your Headphones, beaucoup de gens pensent que c’était de loin votre meilleur album, et récemment la presse a présenté votre dernier album comme le meilleur Herbaliser, quel est votre opinion ?


Il y a vraiment quelquechose d’unique avec Blow your headphones, mais je ne les écoute plus vraiment, une fois que c’est fini, c’est fini tu vois... Une fois que le public l’a eu, c’est terminé, je suis déjà à autre chose, beaucoup de gens aiment aussi Very Mercenary, il y a de bonnes productions et de bon MC’s. Beaucoup de gens pensent que blow your headphones est notre meilleur album mais le dernier s’est vendu à tellement plus d’exemplaires, que je pense que beaucoup plus de monde l’a apprécié , j’imagine. Et il suffit d’écouter, la qualité du son est d‘une autre envergure, c’est un énorme son sur le dernier album.


Il y a eu nombre de featurings sur tous les albums, n’était-il pas possible de convoquer ces artistes pour les prestations live ?


On a des MC canadiens, d’autres de Philapelphie, d’autres de Londres, tu penses que c’est possible de les faire tous venir à tous les concerts ?


Pas tous en même temps bien sûr...


Notre groupe est instrumental, on a acquis notre réputation en faisant des instrus mais l’année dernière et cette année, on a fait pas mal de tournées en France ; je crois que cet album a eu pas mal de succès ici, on a fait beaucoup plus de concerts ici que dans le passé, on a d’abord invité Wildflower comme MC mais... Oui c’est bien si on peut inviter un MC mais je pense que le groupe justifie sa réputation à lui tout seul.


Votre musique se situe entre le jazz, le hip-hop, et des titres très « cinématographiques », songez-vous à produire une musique de film ?


Oui, absolument, et si quelqu’un nous le demande on le fera, avec le groupe on a assez de combinaisons de talents pour réussir quelque chose, il n’y a pas que moi et Ollie : avec le groupe nous utilisons les influences des autres musiciens, donc on peut produire une plus grande variété de musiques, pas seulement le hip-hop et le jazz mais du rock, de la musique latine etc...de la musique exotique, de l’easy listening ou d’autres, on peut essayer de faire ces genres de musiques aussi.


Vous avez beaucoup joué en France, et on a eu l’occasion de vous voir souvent avec toujours autant de plaisir, mais quel est votre opinion sur la scène française, avez vous eu l’occasion d’entendre des choses qui vous ont plu ?


Oui, il y en a trop pour pouvoir tout citer, quand on a commencé la tournée il y a 7 ans, nous n’étions pas très populaires en France, les gens n’aimaient pas beaucoup notre musique, je sais pas si c’est parce que la house était populaire, mais à cette époque la scène hip-hop en France était exclusivement française, ils n’écoutaient pas de rap américain, encore moins de rap anglais. Maintenant il y a tellement de groupe français qui sont parvenus à obtenir un succès international, alors qu’il y a sept ans il n’y en avait aucun. DJ Cam fut le premier, j’imagine et par la suite Gotan project, Thievery Corporation ils sont français ? Et plein d’autres trucs, j’aime bien Le peuple de l’herbe, je les trouve très bon...


Quels sont vos projets à présent ?


Un nouvel album pour Ninja Tune, et nous venons de sortir un mix Solid Steel chez eux, que nous venons de terminer et qui va sortir en septembre.


Est-ce que vous pensez à des projets solo, aussi bien vous que Ollie, ou bien vous préférez encore travailler en duo ?


On a toujours fais des projets seuls, l’un comme l’autre, mais nous continuerons toujours The Herbaliser, j’espère....



Interview par dClem
le 23/07/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Same as it never was
(2008)
!K7
Funk - Hip Hop
Take London
(2005)
Ninja Tune
Hip-Hop Funk
Herbal Blend (Solid Steel)
(2003)
Ninja Tune
Hip-Hop Funk
Blow Your Headphones
(1997)
Ninja Tune
Abstract hip-hop / jazz cinématique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 17/12 - Chronique
Saba - CARE FOR ME
mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters