Accueil | dMute

Julia Holter

: Aviary



sortie : 2018
label : Domino
style : dream pop / Experimental Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Turn The Light On 02/ Whether 03/ Chaitus 04/ Voce Simul 05/ Every Day Is An Emergency 06/ Another Dream 07/ I Shall Love 2 08/ Underneath The Moon 09/ Colligere
10/ In Gardens' Muteness 11/ I Would Rather See 12/ Les Jeux To You 13/ Words I Heard 14/ I Shall Love 1 15/ Why Sad Song

Voilà plus d'une dizaine d'années que Julia Holter creuse talentueusement le sillon d'une pop au caractère fortement expérimental voire torturé, traçant une route n'appartenant qu'à elle jalonnée d'œuvres savamment orchestrées allant du nébuleux (Tragedy, 2011) au lumineux (Have You in My Wilderness, salué par la presse musicale en 2015) en passant par de magnifiques paranthèses enchantées (Ekstasis en 2012 et Loud City Song en 2013). La californienne semble vouloir aujourd'hui joindre tous les bouts de sa discographie en dent de scie et revient avec un opus magnum d'une heure et demi qu'il faut pouvoir digérer. Conçu comme une longue "cacophonie de l'esprit dans un monde dissolu" d'après les mots de la compositrice, Aviary serait-il avarié ?

Aviary, avarié, ok ça c'est fait, mais "aviary" signifie "volière" dans la langue de Shakespeare, soit ces grands enclos aptes à donner aux oiseaux plus d'espace de liberté tout en les réduisant encore et toujours à l'enfermement. Belle métaphore pour cette artiste cultivant ici quelques paradoxes, souhaitant d'une part voler plus loin de ses propres ailes dans une œuvre-monde aux confins quasi infinis mais se butant d'autre part aux limites propres qu'imposent la pop. En résulte un album soufflant le chaud et le froid à travers 15 compositions avoisinant souvent les 6 minutes et se permettant à peu près tout et n'importe quoi. Ce n'est pas une première pour Julia Holter mais cet Aviary agrandit plus qu'auparavant l'écart entre les deux pôles stimulant l'artiste depuis ses débuts, à savoir la chanson finement arrangée de l'enchanteresse et l'expérimentation tortueuse de l'ensorceleuse.

Aviary paraît ainsi constitué de la même matière claire-obscure que la plupart de ses prédécesseurs, seulement l'américaine a cette fois-ci augmenté l'intensité du contraste. Au menu donc : voix éthérée sur son lit symphonique, voire cacophonique, dream-pop à la sauce cauchemar, fulgurances mélodiques noyées dans un amas sonore frôlant quelquefois l'hystérie. Aviary est un long dédale mouvant dans lequel il est préférable de ne pas tenter de chercher son chemin, certains morceaux sont d'ailleurs dans le désordre (I Shall Love 2 avant I Shall Love 1 au fil de l'album). Mieux vaut se laisser happer par l'expérience nouvelle et plutôt harassante d'une telle perdition sensorielle.

Toutefois, les nombreuses aspérités de cet album monstre nous offrent l'une des écoutes les plus aventureuses de cette année, quelque part entre Broadcast pour les échappées electro-pop, Kate Bush pour la théâtralité des compositions les plus baroques et Jenny Hval pour l'étrangeté de certains passages abscons. Et si ce dernier album semble aux premiers abords assez inégal, ses moments forts ou faibles pourraient certainement varier après décantation selon les jours et nos humeurs. Aviary continue en tout cas d'inscrire Julia Holter parmis les grands artistes pop de ces dernières années, à savoir celles et ceux atteignant autant la folie de leurs grandeur que la grandeur de leurs folie.



Chroniqué par Romain
le 24/12/2018

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blog
Top
Nos sélections 2015
Loud City Song
(2013)
Domino
Pop / Experimental
Blog
Playlists
La playlist de la rentrée



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/06 - Chronique
black midi - Schlagenheim
sam. 22/06 - Chronique
Tchewsky & Wood - Live Bullet Song
lun. 17/06 - Chronique
Enablers - Zones
jeu. 13/06 - Chronique
Avey Tare - Cows On Hourglass Pond
dim. 09/06 - Blog
Seabuckthorn - Crossing
sam. 08/06 - Chronique
Jean Du Voyage - Namaskar EP
mar. 04/06 - Blog
#23 : William Ryan Fritch
sam. 01/06 - Chronique
Mac DeMarco - Here Comes The Cowboy
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters