Accueil | dMute

Wieman

: Wieman Plays Goem



sortie : 2015
label : Kvitnu
style : Techno dada / musique concrète

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Trenkel

Quelques mois à peine après la sortie de The Classics Album (que nous avions chroniqué sur nos pages), les néerlandais Frans De Waard et Roel Melkop refont surface sous le pseudonyme de Wieman, mais pour s'attaquer cette fois au répertoire de Goem, qui n'est autre qu'une ancienne de leur nombreuses entités musicales.

Wieman Plays Goem qui paraît sur Kvitnu, le label de l'ukrainien Dmytro Fedorenko, a donc un caractère doublement inattendu : d'une part parce qu'il s'agit en réalité de l'enregistrement d'une répétition donnée en 2013 à l'occasion d'un concert au studio Trenkel à Nimègue, d'autre part parce que le caractère schizophrénique d'un tel concept album a de quoi étourdir en soi.

Ici, la shizophrénie est avant tout une organisation binaire du son, De Waard et Melkop nous faisant nous déplacer au travers d'une aire médiane, entre les soubresauts de la dance-music et la musique concrète ; mais aussi, de manière parallèle, entre la techno cryptique de Goem et les bidouillages dada de Wieman, le passé et le présent...etc. A ce stade, on comprend que tout est réversible : si Wieman joue Goem, Goem se joue continuellement de Wieman.

Et c'est ainsi que fonctionne la pièce Trenkel, tout au long de ses quarante et une minutes. Des rythmes atrabilaires de Goem, le duo peut tirer des sautes technoïdes déphasées ou au contraire extraire des entrelacs d'ondes basses et hautes fréquences, créer des ersatz de house music pour circuits imprimés ou des sculptures d'échos tubulaires et cuisiner le tout en bouillon synaptique.

La musique de Goem n'est à la fin plus qu'un pretexte, comme une contrainte nécessaire à l'expression d'une créativité la plus débridée possible, les interventions de De Waard et Melkop demeurant jusqu'au bout fonction d'une sorte de plaisir ; plaisir éprouvé par ces improvisateurs-bidouilleurs à l'oeuvre derrière leurs machines, en proie à des possibles quasi-illimités et en translation perpetuelle.



Chroniqué par Mickael B.
le 18/03/2015

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Blog
Florilège musicopathe
#4 Baskaru



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters