Accueil | dMute

Wolf Eyes

: No Answer : Lower Floors



sortie : 2013
label : De Stijl
style : Noise / Industrial / Musiques contemporaines

Tracklist :
01/ Choking Flies 02/ Born Liar 03/ No Answer 04/ Chattering Lead 05/ Confession Of The Informer 06/ Warning Sign

C’est à la fin des années 90 qu’est apparu Wolf Eyes, légendaire groupe de noise post-industriel composé de John Olson, Aaron Dilloway et Nate Young. A l’époque, c’était violent, corrosif, massif, décalé, déjanté, crade, incroyable. Pour beaucoup, le groupe a été une révélation, notamment pour ceux qui aimaient Throbbing Gristle et Merzbow tout en s’en lassant. Aujourd’hui, Wolf Eyes a évolué, le groupe s’est épuré, est devenu plus froid, plus clinique ; les membres ont changé (Olson et Young toujours, avec James Baljo). Et il revient cette année, en compagnie de Mike Connelly et Aaron Dilloway, deux membres de la première génération, pour No Answer : Lower Floors, un album sombre et glacial, posé et flippant.

Au début du disque, ça va, on s’y retrouve. Des sortes de rythmiques de hip-hop industriel et abstrait, un beat lourd et très lent, laissent la place à une voix fantomatique passée au delay, ainsi qu’aux boucles de cassettes et aux parasites noise électroniques. L’ambiance est sombre, froide et clinique, parfois malsaine. Et c’est sans parler de la guitare et du saxophone tout aussi fantomatiques de Baljo. Puis peu à peu, le beat se réduit à une basse, les voix et les instruments disparaissent pour ne laisser place qu’aux parasitages et aux débris post-musicaux : larsens, distorsions, boucles déformées.

On arrive alors aux deux titres finaux : Confession of the Informer et Warning Sign. Le premier est épuré, plat, inquiétant. Toute émotion est passée au filtre des pédales et des effets pour une musique post-humaine, glaciale, et chirurgicale : comme du dub qui surgit après l’ère de la noise, comme du rap après la génération indus. Tout est mis à plat, les codes, les sentiments, la structure, pour une remise en question et une proposition vraiment fraîche. Et quant à Warning Sign, c’est le retour propre et mécanique à la violence atomique. Une onde de choc en boucle, une onde de larsens, de distorsions et de saturations, un signal ultra-violent et agressif, qui revient sans cesse. Le retour à la noise teintée de tambours et de répétitions, un retour à l’agression sonore comme envoûtement, comme rituel chamanique d’une ère qui en est déjà passée par les meurtres et les accidents nucléaires. La musique rituelle d’une génération qui n’a plus rien à perdre, plus rien à envier, plus rien à donner à part le détournement des déchets et des ordures.



Chroniqué par Julien Héraud
le 05/10/2013

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Blog
Dossier
Anthologie 2013 - La musique délirée
Dead Hills
(2002)
Troubleman Unlimited
Noise/post-indus



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters