Accueil | dMute

Islet

: Illuminated people



sortie : 2012
label : Shape
style : Freak rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Libra Man
02/ This Fortune
03/ Entwined Pine
04/ What We Done Wrong
05/ A Warrior Who Longs To
06/ Grow Herbs
07/ We Bow
08/ Filia
09/ Funicular
10/ Shores
11/ A Bear On His Own

Le quatrième album du quartet de Cardiff, dans le genre brûlot barré à l’énergie folle, nous en apprend de bonnes. On ne s’est toujours pas remis de l’écoute de cet opus justement intitulé Illuminated People. Car dans le genre rock barré et inclassable, le groupe, en produisant un tel chef-d’œuvre, n’a rien à envier à The Flaming Lips.

Le groupe va d’ailleurs plus loin dans la rhétorique freak rock bricolée et festive. Si le groupe de Wayne Coyne s’est illustré dans le renouveau de la pop noise psychédélique, nos amis gallois ont quant à eux choisi de s’exprimer avec différents langages autour du répertoire des 80s : entre freak rock aux accents 70s (Shores, A Bear On His Own), hip hop (Funicular), dream pop (Entwined Pine), synth pop à la Crystal Castles (This Fortune), brûlot noise onirique (What We Done Wrong, A Warrior Who Longs To), pop crépusculaire(Grow Herbs), math rock (Filia) et folk dantesque d’un The Good, The Bad and The Queen ( We Bow).

Dans le genre la mixture fonctionne parfaitement, c’est festif, étrange, tendu, libératoire, onirique, excessif et parfois bancal à l’image du monument que représente ce morceau d’ouverture qu’est Libra Man. Au delà de ses qualités intrinsèques (et dieu sait qu’il en a de nombreuses), ce titre, véritable mastodonte ne cesse de zapper d’un style à l’autre, le tout mené tambour battant par une batterie nerveuse et métronomique. Une sorte de chef d’orchestre qui ne cesse de conduire d’une main de maître les nombreuses variations qui ponctuent les onze titres de cet album dont la production ne cesse de rappeler le son des albums 4AD passé à la moulinette d’un groupe comme Liars.

A l’écoute de cet album on songe à Who Killed Sgt. Pepper ? du Brian Jonestown Massacre. On se dit que là où le groupe d’Anton Newcombe a échoué en proposant un pastiche de répertoire des années 80/90, le quartet gallois a su parfaitement s’inspirer de ce dernier en sachant le trahir de la meilleur manière qui soit.


Chroniqué par Guillaume C.
le 13/03/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Released by the Movement
(2013)
Shape
Freak rock / ambient / Tropical / psychédélique
Reportage
(20/04/2012)
@ Flèche d'Or



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)


ven. 18/04 - Blog
Episode #2
jeu. 17/04 - Chronique
Timber Timbre - Hot Dreams
mer. 16/04 - Chronique
Rezult - The Unscene
mar. 15/04 - Chronique
Mac Demarco - Salad Days
lun. 14/04 - Chronique
Hauschka - Abandoned City
dim. 13/04 - Blog
Tones On Tail - Rain (1984)
ven. 11/04 - Interview
Interview avec Senbeï
 newsletter : 
ok






Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits