Accueil | dMute

The Necks

: Mindset



sortie : 2011
label : ReR
style : Jazz / Musiques contemporaines

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Rum Jungle
02/ Daylights

Dans le paysage du jazz contemporain, The Necks doit être envisagé comme une formation essentielle. En une vingtaine d’années, le trio australien a accouché avec une constance incroyable de disques étendards, qui font aujourd’hui école.

On pourrait tous les citer, mais mettons particulièrement en exergue Sex. En 1989, c’est l’album qui signe l’acte de naissance des Necks, il est le premier à nous gratifier de ces longs mouvements cinématiques et obsédants qui deviendront leur marque de fabrique. Au tournant des années 2000 enfin, il faut parler de Drive By, pour beaucoup monument inégalé. C’est un disque qui fait la somme de toutes les expériences du trio, de leurs incursions dans la musique minimaliste ou électronique, jusqu’aux sphères du rock instrumental, tout en reprenant le format matriciel de Sex, celui où il se montre définitivement le plus captivant : à savoir un long morceau de plus d’une heure à l’intérieur duquel un thème est réitéré jusqu’à l’hypnose, en une multitude de variations et de mouvements improvisés.

A cet égard, Mindset n’apporte rien de nouveau. Sur deux fois vingt minutes, il offre cependant aux membres de The Necks l’opportunité de montrer deux facettes de leur tonitruante alchimie.

La plus spectaculaire d’entre elles s’incarne totalement dans Rum jungle. C’est un morceau qui semble avoir été taillé pour le live tant l'énergie qu'il dégage emporte tout sur son passage. Le trio mobilise ici ses forces les plus vives : autour des martèlements de Chris Abrahams sur les notes graves de son piano, le percussionniste Tony Buck et le contrebassiste Llyod Swanton imposent un rythme soutenu en forme de rouleau compresseur. Les trois hommes conduisent la charge de fort belle manière, dessinant d’abord un climat oppressant à la Charlemagne Palestine, puis révélant peu à peu à la lumière, une ambiance plus extatique et aérienne qu’il n’y parait.

Sur Daylights, les trois hommes déploient leur musique dans le temps et dans l’espace en dénouant lentement un thème plus sinueux que celui de Rum Jungle. Les trois hommes soignent leurs interventions, manière de démontrer leur art subtil et savant du climat. Cet art de la tension finalement qui doit beaucoup à Hitchcock, sa façon d’étirer une scène jusqu’à l’extrême, en retardant toujours un dénouement attendu.
Les Necks appréhendent cette composition comme de véritables cinéastes. Ce n’est pas une nouveauté, mais Daylights est très symptomatique de cette manière de faire. Cette posture adoptées par les Necks fait finalement de Daylights (une pièce assez académique au fond), un beau moment de jazz imagé, où priment l’amour du détail et des atmosphères en clair-obscur.

De la diversité donc, au programme du dernier opus des Necks. Les néophytes y trouveront de quoi appréhender toute la richesse de la musique des Australiens, les initiés quant à eux, s'enthousiasmeront une nouvelle fois de constater que la passion qui les anime est loin d'être éteinte.

Chroniqué par Mickael B.
le 09/11/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Open
(2013)
Fish of Milk
Jazz / Minimalisme



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)


lun. 20/10 - Chronique
Death Blues - Ensemble
jeu. 16/10 - Blog
Nïats - Antares
mer. 15/10 - Blog
Rrose - Techno monstre
mar. 14/10 - Concours
SOY Festival #12
lun. 13/10 - Chronique
NLF3 - Pink Renaissance
ven. 10/10 - Chronique
ROSCO - The Call Of The Cosmos
 newsletter : 
ok






Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters