Accueil | dMute

Bill Callahan

: Apocalypse



sortie : 2011
label : Drag City
style : Country alternative

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Drover
02/ Baby's Breath
03/ America!
04/ Universal Applicant
05/ Riding For The Feeling
06/ Free's
07/ One Fine Morning

Bill Callahan, l’homme aux plusieurs vies signe un nouvel album qui célèbre la face sombre de la country alternative. On se souvenait de sa voix grave, qui nous murmurait à l’oreille des ballades lo fi, quand il officiait sous le nom de Smog, on le redécouvre, après avoir ignoré plusieurs de ses précédents albums, dans un registre plus libre, moins statique. Et pourtant on est pas si loin de son chef-d’œuvre Red Apple Falls qu’on avait découvert sur le tard en même temps que deux autres monuments : Young Team de Mogwai et The Sophtware slump de Grandaddy. Déjà à l’époque, ce dernier faisait de nombreux empreints à la country. Désormais, Bill Callahan met les deux pieds dedans. Un album court, un peu moins de 28 minutes. Une musique directe, une voix plus grave, plus affirmée. Un répertoire qui respire les grands espaces, la soif de liberté et le chant de la contestation (America !).

On oscille entre la tradition des crooners contestataires à l’image d’un Johnny Cash et la mélancolie de l’œuvre des Tindersticks. Qu’importe les comparaisons, l’Apocalypse selon Bill Callahan est une œuvre incarnée et habitée. Même si la musique est composée seulement autour d’une guitare, une basse, une batterie, un clavier, une voix et une flûte, la musique de Bill Callahan est tout sauf simpliste ou linéaire. Au contraire, elle s’égraine au fur et à mesure des textes dits par une voix qui occupe l’espace comme jamais (One Fine Morning), qui s’adresse directement à son auditeur, qui l’interpelle (Baby’s Breath, Universal Applicant) ou qui répond à la flûte traversière (Free’s). Qu’importe, le résultat est toujours aussi marquant, la musique s’adosse à cette colonne vertébrale que forme la voix dans un jeu de questions réponses des plus classieux. Elle recèle de trouvailles (Drover), sous forme d’incursions éclaires d’instruments divers, mélodica, banjo, violons, guitares (Baby’s Breath) flirtant à maintes reprises dans une folie jubilatoire, à l’image du bouillonnant America !

Avec son Apocalypse, Bill Callahan a fait le choix d’un album court, qui sert parfaitement un répertoire où chaque minute s’écoute avec recueillement. Dix ans après, on retrouve un Bill Callahan qui ne cesse de se bonifier avec l’âge. A ce rythme là, on prend rendez-vous pour écouter la suite.


Chroniqué par Guillaume C.
le 27/05/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Dream River
(2013)
Drag City
Folk / Rock / Americana
Blog
Actualité
Bill Callahan remet le couvert



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters