Accueil | dMute

DJ Muggs VS Ill Bill

: Kill Devil Hills



sortie : 2010
label : Fat Beats
style : Hip Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Cult Assassin
02/ Trouble Shooters (ft. Sean Price, O.C. & Sick Jacken)
03/ Paul Stanley
04/ Illuminati 666
05/ Amputated Saint (ft. B-Real)
06/ Skull & Guns (ft. Everlast & Slaine)
07/ Giants Stadium (ft. Q-Unique)
08/ The Owl
09/ Millenniums

Terriblement monotone, mou au possible, Ill Bill dépose avec Kill Devil Hills le rap sous prozac. Pas évident d'être incisif quand on se traîne un quintal au derrière. Où est passé le Ill Bill de Glenwood Projects? Certes, il n'a jamais rien eu du talent de son frère Necro, que ce soit en tant que producteur ou emcee. Mais il a pourtant cette qualité de ne sortir que des albums intéressants, que ce soit ses deux albums solos, ou avec ses groupes Non Phixion, La Coka Nostra ou le one-shot du Circle of Tyrants.

Les beats de Muggs sont pourtant bons. Mais est-ce utile de le préciser tant le beatmaker de Cypress Hill est irréprochable depuis toutes ces années? La preuve en est que lorsque Cypress sort son dernier album sans lui (Rise Up), le résultat est dégueulasse. Également inutile de revenir sur sa marque de fabrique qui peut vite lasser les non-initiés (ses fameuses boucles inchangées sur l'intégralité du morceau). Au sortir d'un album produit par Muggs, c'est la certitude d'avoir bougé la tête sur au moins le tiers des titres. Ici encore, les « banger » ne manquent pas : Cult Assassin, Illuminati 666, Amputed Saint, ou encore le titre éponyme. Mais Ill Bill n'en fait rien, si ce n'est nous servir ses théories du complot, véritable serpent de mer chez lui. En dehors de Chase Manhattan (avec un bon Raekwon) et en excluant le morceau hommage au mythique Uncle Howie décédé récemment, il n'apporte pas grand chose. Cette méforme est d'autant plus flagrante lorsque les invités qui, hormis B-Real, n'ont rien d'exceptionnels (quoi de plus quelconque qu'un Sean Price, un Vinnie Paz ou un Sick Jacken?) se succèdent derrière lui.

Non, décidément, des 4 volets « album duo » de Muggs, ne restera que le premier, Grandmasters, avec GZA (les 2 autres étant avec Planet Asia et Sick Jacken). Car malgré quelques réussites évidentes, ce Kill Devil Hills reste avant tout indigeste et ne brille que par sa production, dans l'ensemble de qualité.

Chroniqué par Lebowski
le 27/12/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 11/08 - Chronique
Lyra Pramuk - Fountain
jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
lun. 01/06 - Blog
#25 : Marisa Anderson
mar. 26/05 - Chronique
Ben Lukas Boysen - Mirage
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters