Accueil | dMute

Ginormous

: At Night, Under Artificial Light



sortie : 2008
label : Hymen
style : IDM / Breakbeat

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Punches To Carefully Coax
02/ Melted Circadian
03/ Coiled So Tightly
04/ At Night, Under Artificial Light
05/ Blink In Blue
06/ A Corridor Leading To Modern Space
07/ Night Scenes, Fireworks, The Heavens
08/ From Deep Bore Holes
09/ Fly Quietl

Ce n'est pas une mise au défi, c'est une lettre d'amour à la musique. Bryan Konietzko n'a que faire des conventions. Il se fout des genres et des étiquettes. Son seul souci est de composer une musique qui lui ressemble, une musique auto-thérapeutique dont les morceaux seraient comme autant de rendez-vous avec son psy. L'idéal serait de sortir un album par an. Dommage, At Night, Under Artificial Light arrive un peu trop tard. En revanche, pour ce qui concerne sa volonté de s'affranchir de toute scène, c'est plutôt réussi. Ginormous trace sa propre voie. Sa musique emprunte autant à l'abstract hip-hop qu'à l'IDM sans vouer allégeance à aucun des deux mouvements – à moins qu'elle ne contribue à élargir la portée de l'un ou de l'autre, peu importe. A l'instar de Kelpe ou de Flying Lotus, elle se situe dans cet entre-deux toujours déroutant pour quiconque tente de le définir.

Chaque pièce d'At Night, Under Artificial Light est un univers à part entière. Le ciment qui les imbrique est purement formel et lié à notre façon de consommer la musique. Plutôt qu'un album, c'est une collection de titres qu'il faut voir. L'absence de "pensée d'ensemble" n'est pas dénuée d'avantages. Elle pousse Bryan Konietzko à se surpasser pour chaque morceau, à faire en sorte que chacun d'entre eux puisse devenir un tube en puissance. Les gimmicks rivalisent d'ingéniosité. Le choix des synthétiseurs est imprévisible mais toujours du meilleur goût. Dans At Night, Under Artificial Light, il y a forcément un passage qui titille notre sensibilité mélodique ; inutile d'en venir à l'épuration électronique pour en goûter les charmes. Ginormous propose pour ce deuxième album quelque chose de techniquement abouti et d'une efficacité redoutable.

Chroniqué par Tehanor
le 20/12/2008

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 01/12 - Chronique
Big Thief - U.F.O.F. / Two Hands
ven. 29/11 - Blog
Baston - Primates
mer. 27/11 - Chronique
L'Envoûtante - s/t
dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters