Accueil | dMute

The Flaming Lips

: At War With The Mystics



sortie : 2006
label : Warner
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Yeah Yeah Yeah Song... (With All Your Power)
02/ Free Radicals (A Hallucination Of The Christmas Skeleton Pleading With A Suicide Bomber)
03/ The Sound Of Failure / It's Dark...Is It Always This Dark??
04/ My Cosmic Autumn Rebellion (The Inn

Quatre ans après Yoshimi battles the pink robots, voici At war with the mystics, qui signe le retour des Flaming Lips sur album. Zélés créateurs d’un rock planant et punk à la fois, d’albums concepts, de visuels magnifiques – de la main du chanteur Wayne Coyne lui-même -, le groupe fait preuve d’une folie créative qui déborde souvent du cadre musical : tournage d'un film de SF, promenade-happening à l'intérieur d'une bulle géante... Une sorte de groupe total, qu’on adore comme on a pu adorer Kraftwerk, pour la puissance de sa vision et de son univers.

Dans le vif du sujet. Aux premières écoutes de At war with the mystics, on ne retrouvera pas de hit immédiat comme Race for the prize ou Yoshimi vs the pink robot. Au rock atmosphérique très arrangé des Lips s’ajoute cette fois une touche 70s, groovy et cool, qui rend l’album plus relâché que leur production habituelle. On y entend du piano électrique Fender Rhodes, comme sur … Eye In The Sky de Alan Parsons Project (on adore). Psychédélisme oblige, on s’amuse avec un effet flanger sur les chœurs et on joue des guitares fuzz. Wayne Coyne est toujours aussi sympa dans le rôle du type qui a l'air d'avoir la main posée sur notre épaule tandis qu'il chante. Pourquoi alors, ce sentiment aux premières écoutes que ce disque n’est probablement pas le "meilleur album des Flaming Lips à ce jour" ? Postulons : alors que ses illustres prédécesseurs invitaient au voyage intérieur, si ce dernier proposait à son tour un voyage extérieur ? Ces grooves cool, ces structures étendues, il n’y a pas comme un paysage qui défile sous nos yeux ?

Voila. Vous y êtes.

On sera tout simplement bien inspirés de s'en faire une cassette pour la voiture cet été. LA cassette. On jouera en boucle Mr. Ambulance Driver quand on longera les plages de Quiberon les fenêtres grandes ouvertes, on criera à la gueule des papys bourrés qui jouent aux boules : "If you could make everybody poor just so you could be rich, would you do it ?", on écoutera Pompeii am Gotterdammerung de nuit sur les routes andalouses parce que c'est la plus belle, en espérant qu'un co-voyageur ne relèvera pas trop lourdement l'hommage pas même déguisé à Pink Floyd. On se sentira éternels avec The Sound of Failure quand on traversera les Causses du Larzac ("ouais finalement les années 70 tu vois..."). On laissera sans doute nos pensées vagabonder ailleurs durant les titres moins forts (la tentative Princienne sur Free radicals), mais, magie de l'album, on s'y attachera quand même, et de toutes les manières, impossible de ne pas passer des heures avec The W.A.N.D. en tête. Un grand album, oui ou non ? Franchement on n'oserait pas le dire, à cause de cette légère impression de dilution, et pourtant, avec sa fausse modestie et sa naïveté feinte, c'est bien ce même album qu'on aura écouté en boucle, qu'on aura joué fort sur sa chaîne ou l’autoradio, chanté fort, et qui aura grandi en nous au fil des écoutes.

Chroniqué par Il Sorpasso
le 13/04/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Terror
(2013)
Bella Union
Ambient psychédélique
Embryonic
(2009)
Warner
Pop / Rock psychédélique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters