Accueil | dMute

Stacs of Stamina

: Tivoli



sortie : 2005
label : Werk
style : Eurocrunk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Poisson screwed
02/ Stay beautiful (featuring One-Two)
03/ Downtown tempo
04/ Baghdad boogie (featuring Mike Ladd)
05/ Sun resort
06/ Donne moi un poisson (featuring TTC)
07/ Tivoli
08/ Roll (featuring Earz)
09/ Mourning morning
10/ 2 damn se

Dans la foulée des excellents album de Phon.O et Modeselektor ces derniers mois, les suédois de Stacs of Stamina enfoncent le clou de l’eurocrunk avec un Tivoli énorme et radical. Affirmant leur filiation à ce courant raillé par beaucoup (« encore un délire de journaliste en mal de classifications »), les Stacs appliquent à la lettre la recette pas encore éculée d’un style où électronique, hip hop, guetto music et dancefloor se télescopent pour former une jubilatoire partouze musicale …

Loin de l’intimité qui se dégageait de leur précédent opus (l’excellent Cashew Fenny), le trio s’aventure ici au coeur des courants les plus jouissifs du moment dont l’eurocrunk serait l’heureuse contraction. Synthés crunk et hymne aux bass musics, rap électronique pour clubs éclectiques, le Vieux Continent présente ses rejetons, produit d’une rencontre fructueuse entre Anti Pop Consortium et Lil’ John, Teamtendo et Modeselektor. Furieux et excessif, Stay Beautiful s’offre comme le concentré de cette énergie brute, le manifeste annonciateur de la haute teneur en exactions musicales que recèle cet opus, avec en tête le Donne moi un poisson en featuring avec d’autres tenants du style, les parisiens de TTC.

Baghdad boogie (featuring Mike Ladd) ou Sun Resort et son final champêtre offrent aux suédois le degré de délire rapologique sur fond d’aberrations électroniques caractéristique de leur virage pris depuis leur dernier EP, Mistake, Rewind, Repeat. Le morceau titre, Tivoli (carnaval, en suédois), véritable anthem pop-rap, avec son format ultra calibré refrain/couplet sadiquement chahuté et son gimmick imparable achève au sol les derniers réfractaires, sous les lumières kitsch et criardes des carrousels. Seul Mourning morning, piste uniquement instrumentale, rappelle aux bons souvenirs des anciennes productions des Stacs of Stamina.

France, Angleterre, Allemagne ou Suède, les balbutiements observés depuis un an ou deux ont aujourd’hui mué en un cri rageur impossible à ignorer. Consulter votre oto-rhino pour tout renseignement complémentaire.

Chroniqué par Oropher
le 07/11/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 15/09 - Chronique
The Microphones - Microphones in 2020
sam. 05/09 - Chronique
Stand High Patrol - Our Own Way
dim. 30/08 - Chronique
Nocturne - Hypnose Générale
mar. 11/08 - Chronique
Lyra Pramuk - Fountain
jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters