Accueil | dMute

Franz Ferdinand

: You Could Have It So Much Better



sortie : 2005
label : Domino
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The fallen
02/ Do you want to
03/ This boy
04/ Walk away
05/ Evil and a heathen
06/ You're the reason I'm leaving
07/ Eleanor put your boots on
08/ Well that was easy
09/ What you meant
10/ I'm your villain
11/ You could have it so much bett

Il y a un an et des brouettes, le premier album des inconnus bientôt illustres Franz Ferdinand atterrissait dans ma boîte aux lettres. J’avais pu me faire une première opinion (bonne) de la musique des Ecossais sur la foi d’un premier single (Take me out, devenu le hit que l’on sait), bientôt confirmée sur la durée d’un album impeccable. Pourtant, scepticisme quant à un possible succès : Franz Ferdinand, quel nom à coucher dehors quand même ! invendable !
Le raisonnement est bien sûr fallacieux: un bon nom ne garantit pas le succès (ça se saurait) et a contrario, un mauvais nom ne condamne pas la réussite (au hasard, les imbuvables The Killers). D’ailleurs, un an après la sortie de l’album de FF, je dois bien admettre que je me suis trompée. Le succès est là, écrasant, et ce nouvel opus ne risque pas d’en signer l’arrêt : pour preuve, il s’est placé directement numéro un des ventes dans les charts britanniques.


You could have it so much better, “vous auriez pu avoir beaucoup mieux” : formule provocante que peuvent se permettre ceux qui détiennent dans un endroit bien gardé , sans doute en Ecosse, dans un manoir hanté (par les démons de la Pop), la recette de la potion magique qui fait danser les filles, et l’appliquent sans scrupule : plusieurs poignées de guitares incisives, une marmite de refrains ravageurs à reprendre en chœur, une grosse louche de ruptures de rythmes imparables, une cuiller à soupe de chant masculin suave.. la suite de la formule est top secrète : je ne pourrai malheureusement vous comnuniquer la teneur du précieux ingrédient qui fait que cette mixture a comme effet secondaire immédiat ce drôle de phénomène qu’on appelle succès.
Pour ce deuxième album, la potion n’a pas beaucoup varié : tubes à gogo dès l’ouverture, mais un ingrédient nouveau, une pincée sans doute (cela ne concerne que deux titres), qui donne une saveur particulière au breuvage : un goût de pop qui se fait longue en bouche. Eleanor Put your Boots on et Fade Together,(et dans une moindre mesure, Walk away), belles ballades sur lesquelles FF dévoile une facette mélodique plus intime et délicate (incursion remarquée du piano) : et c’est aux Beatles (pas moins!) que FF fait du pied, avec brio.

Quelque part dans un manoir hanté perdu dans la brume d’une campagne écossaise, Laurence Bell patron de Domino, dort tranquille. Caché sous l’oreiller, un grimoire qui détient la formule de la potion qui fait toujours danser les filles. Mais pas seulement.


Chroniqué par Imogen
le 15/10/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Franz Ferdinand
(2004)
Domino
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters