Accueil | dMute

dEUS

: Pocket Revolution



sortie : 2005
label : V2
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Bad Timing
02/ 7 Days, 7 Weeks
03/ Stop-Start Nature
04/ If You Don’t Get What You Want
05/ What We Talk About (When We Talk About Love)
06/ Include Me Out
07/ Pocket Revolution
08/ Nightshopping
09/ Cold Sun of Circumstance
10/ The Real Suga

Inespéré il y a un peu plus d’une année – le dernier chapitre discographique du groupe semblait devoir être la compilation No More Loud Music –, le retour de dEUS a commencé à se profiler suite à ses concerts dans les festivals de l’été en 2004, tournée prolongée encore à l’automne. Cette année voit donc la sortie d’un nouvel album du groupe belge le plus passionnant de cette dernière décennie, six ans après le superbe The Ideal Crash.

Quatrième album du groupe, Pocket Revolution propose aussi une quatrième incarnation de dEUS. Des musiciens présents sur l’initial Worst Case Scenario ne subsistent plus que Tom Barman et son fidèle violoniste Klaas Janzoons, entourés pour l’occasion de trois nouveaux acolytes. Malgré ce jeune line-up, c’est un groupe aguerri et mature que l’on découvre sur l’album. Cela est aussi bien dû à la tournée qui a précédé – où le dEUS nouveau aura eu le temps de se rôder – qu’à la présence de multiples invités, issus du passé du groupe (Stef Kamils Carlens, Craig Ward, Danny Mommens).

L’album débute par Bad Timing, morceau de bravoure de près de sept minutes, dont l’ambiance rappelle directement celles développées sur The Ideal Crash, avec des guitares un peu plus en avant tout de même et un son plus puissant. Suit l’impeccable single 7 Days, 7 Weeks, une de ces ballades acoustiques qui virent en effets spatiaux – le pont des guitares au milieu du morceau – dont dEUS a le secret. Plus rock et énervé, Stop-Start Nature surprend par sa fausse première fin, qui voit la voix de Barman réapparaître après quelques secondes de silence, entre monologue et spoken-words (un effet qui semblait avoir été abandonné depuis In a Bar Under the Sea) soutenue par une rythmique pavlovienne du plus bel effet. Tube en puissance, If You Don’t Get What You Want relance la machine, simple et efficace, avec certaines sonorités qui peuvent rappeler les autres Belges de Soulwax. Après cette ouverture éclatante, le second tiers de l’album paraît fatalement un peu plus fade, sans pourtant s'éloigner de cette orfèvrerie pop/rock qui caractérise les compositions du groupe. Le superbe Include Me Out et l’épique Pocket Revolution – sur lequel vient s’égosiller Stef Kamils – se dégagent tout de même comme d’incontestables réussites. Le premier est une pop-song racée dans la plus pure lignée des compositions de The Ideal Crash, alors que le second se développe sur un tempo aéré jusqu’au refrain, où le chœur prend le contrôle. La dernière triplette de titres permet encore un incroyable redécollage de l’album, jusqu’à retrouver les sommets du quarté d’ouverture. The Real Sugar sonne comme une pop-song raffinée, berçante à souhait et subtilement rehaussée par les arrangements de Janzzons. Puis démarre Sun Ra, peut-être le meilleur morceau de cet album, qui se construit autour d’un sample vocal répété en boucle et d'un saxophone entêtant, dans une longue intro aux accents rageurs, où se frictionnent rock brutal et free-jazz égaré. Le chant de Tom Barman y fait merveille, entre murmures et répétitions, renforcé une fois encore par son alter-égosilleur Stef Kamils. Enfin, c’est Nothing Really Ends qui clôt l’album, repêchée de la compilation No More Loud Music. Une ballade superbe, dont les chœurs fragiles rappellent ceux du Leonard Cohen des sixties, et qui trouvent ici sa place dans la discographie du groupe, plutôt que de la cantonner à un rôle ingrat de bonus passé inaperçu.

Avec ce Pocket Revolution, dEUS reviennent aux affaires de la plus belle des manières. Sans renier le passé du groupe, ce nouvel album s’en inspire pour mieux s’en libérer, faisant fît par instants de la perfection trop glacée de The Ideal Crash pour retomber dans les excès de guitares post-grunge de leurs débuts. S’il ne s’agit pas du meilleur album du groupe – pari difficile à relever après le premier tiercé gagnant initial – Pocket Revolution s’impose comme l’un des meilleurs disques rock de l’année, mêlant compositions travaillées et mélodies accrocheuses. Espérons simplement qu’il s’agit là du premier chapitre d’une nouvelle histoire et non d’un chant du cygne, d’un baroud d’honneur si réussi qu’il ferait naître les regrets.

Chroniqué par Christophe
le 23/09/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
In a Bar Under the Sea
(1996)
Island
Pop Rock/Lo Fi/ Free Jazz



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters