Accueil | dMute

Derek Bailey

: Carpal Tunnel



sortie : 2005
label : Tzadik
style : Musiques improvisées

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Explanations And Thanks
02/ After 3 Weeks
03/ After 5 Weeks
04/ After 7 Weeks
05/ After 9 Weeks
06/ After 12 Weeks

La pratique acharnée de l’improvisation peut avoir des conséquences concrètes au point de frôler le terre-à-terre. Le syndrome du canal carpien, par exemple, pour le guitariste Derek Bailey. Forte douleur ressentie au niveau du poignet, elle provient de la répétition de mouvements semblables, et, pour disparaître, nécessite rééducation.

Puisqu’il est, pendant le traitement, vivement conseillé d’économiser les mouvements de flexion, Bailey aura dû attendre la fin de la rééducation pour reprendre ses travaux de guitare. Et l’idée de lui venir d’en fabriquer un album concept, qu’inaugureraient des précisions récitées sur fond d’improvisation forcément prudente, comblant parfois même les silences obligatoires (Explanations and Thanks).

Carpal Tunnel prend ensuite la forme d’un relevé pratique des progrès effectués. Se pose alors la question du document, autant que de l’enregistrement. Dès After 3 Weeks, Bailey aborde l’improvisation comme il a l’habitude de le faire tout en gérant un réapprentissage mécanique. A la fois moins lourd de sens et chargé d’un pathos permettant l’optimisme, le morceau gagne en diversité, testant sans cesse les gestes d’avant premier symptôme - coups rêches, accords et glissandos.

Retrouvant peu à peu de son énergie perdue, le guitariste profite du mieux de son état et, rassuré, peut se permettre de jouer ensuite avec les volumes (After 5 Weeks) ou les harmoniques (After 7 Weeks). Presque comme si de rien n’était, Bailey renoue avec l’expérimentation sonore (After 9 Weeks).

Le suivi médical se termine après 12 semaines, le patient enchaînant les accords avec plus d’assurance, multipliant les déviations et s’amusant du bonheur retrouvé à grands coups de larsens expéditifs. Le plus dur, enfin fait, se trouve enregistré, et consigné dans un album solo où l’intérêt revêt différents habits. Où l’on prouve aussi que l’émotion peut être gage de qualité.


Chroniqué par Grisli
le 19/09/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Standards
(2007)
Tzadik
Musiques improvisées
The London Concert
(2005)
Psi
Musiques improvisées



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
lun. 01/06 - Blog
#25 : Marisa Anderson
mar. 26/05 - Chronique
Ben Lukas Boysen - Mirage
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters