Accueil | dMute

Luke Vibert

: Lover's Acid



sortie : 2005
label : Planet Mu
style : Downtempo / Acid

achat/téléchargement

Tracklist :
01/Funky Acid Stuff
02/Cash'N'Carry Acid
03/Homewerk
04/Gwithian
05/Prick Tat
06/Analord
07/Lover'S Acid
08/Acid2000
9/Come On Chaos
10/Orch Garage
11/Dirty Fucker
12/Flyover

Après des albums en demi-teinte sous ses pseudos Kerrier District (Rephlex) et Wagon Christ (Ninja Tune), Luke Vibert retrouve l'inspiration avec Lover's Acid sur Planet-Mu. Moins strictly acid que son projet YosepH pour Warp ou que la série Analord de son camarade Aphex Twin, ce nouvel album réunit en fait trois maxis qui sont l'occasion d'autant de variations avec cette fidèle TB-303. Le mérite du producteur est de l'utiliser ici dans l'authentique esprit acid, celui du détournement ludique, de la spontanéité, du pur plaisir primitif de tourner les boutons et de distordre les fréquences, et de les mélanger comme un instrument leader, à différentes sauces.

L'élastique Funky Acid Stuff fait office de manifeste : beat funky, jeu avec la gamme et les timbres, et une franche rupture à la troisième minute qui semble avertir : le plaisir ne cèdera pas (trop) à la linéarité. Lubrique avec sa machine, ingénieux comme on le connaît avec les samples en background qui gardent un côté très 90's et Ninja Tune des débuts, Luke évite l'ennui en plaçant tout simplement les bonnes idées, et les bons sons, au bon endroit. C'est un peu l'ami indéfectible du fun et du groove façon weed-sofa : il a toujours dans un coin du sampleur une chouette flûte trouvée sur un obscur disque 60's, pour un chill-out à la Musipal, en témoignent les exceptions Gwithian et Prick Tat, pas plus acides qu'une grenadine mais paradoxalement aussi fraîches (aaah ces samples joyeusement secoués dans une bonne vieille production dubby fumigène).

Même quand le producteur se restreint quasiment au couple TB - TR, c'est pour nous composer une cavalcade de cartoon jouissive, façon pois sauteurs ou crispy bacon (Analord, Dirty Fucker). Luke Vibert joue avec talent de nos penchants old school avec la combinaison magique riff de piano housey + rap de Last night a DJ saved my life de Indeep (Acid 2000), le clin d'oeil UK rave de Come on chaos ou encore la voix féminine de Flyover, étrange et émouvante. Et quand il donne définitivement dans des tempi plus avachis (Lover's Acid), nappes sensibles pour deepness oublieuse à l'appui (Orch Garage), on s'y abandonne pour mieux savourer des deux oreilles.

Merci à Nil pour ses suggestions.



Chroniqué par Guillaume
le 17/07/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Rhythm
(2009)
Soundofspeed
Hip-Hop / Electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 17/12 - Chronique
Saba - CARE FOR ME
mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters