Accueil | dMute

Atrium Carceri

: Cellblock



sortie : 2003
label : Cold Meat Industry
style : Darkwave

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Entrance
02/ Black Lace
03/ Machine Elves
04/ Corridor
05/ Blue Moon
06/ Stir of Thoughts
07/ Depth
08/ Crusted Neon
09/ Halls of Steam
10/ Reborn
11/ Red Stains
12/ Inner Carceri

Pour les connaisseurs, le premier contact avec Cellblock se fait visuellement. En effet, c'est Martin Pels, photographe sud-américain à qui on doit certaines illustrations photographiques de pochettes des artistes de CMI (comme Raison d'Etre), qui donne le ton. La reclusion totale et irréversible est le thème développé au travers des 12 titres de l'album.
Passées les présentations durant Entrance, les ténèbres tombent vite, très vite. Black lace renferme en lui toute l'essence même de Cellblock. Un ambient lourd et schizophrène, alliant la latence de nappes graves aux exclamations bruitistes et métalliques, échos inhumains d'un lieu vaste et fermé. L'humide Corridor empreint d'un fulgurant sens du dramatique, oscillant entre folie montante et désespoir complet. Vision troublante de cloisons infranchissables et possessives, couverte de rouille et esclave du temps. Une simple ampoule ferait-elle office d'astre stellaire ? C'est la question que l'on peut se poser en écoutant Blue moon et son titre énigmatique. Electrique et torturé, invraisemblable mélange de petits détails sonores angoissants et anormaux. Puis vient le temps de Depth, à peine animé par ce lancinant frottement rugueux, difficilement assimilable à un quelconque rythme, bientôt noyé dans une masse informe et opaque faisant ici office de corps au morceau tout entier. Détour industriel avec Halls of steam, véritable coïncidence machinale et sans intelligence, baignant dans une aura sombre et malveillante, avant de plonger une fois de plus dans les abîmes malsains de l'enfermement pendant Reborn. Enfin, Inner carceri laisse décanter son fluide noir, éloignant le pur du contaminé, le soleil de la nuit permanente. Grondements sourds, état de désolation et fuite impossible, pour une conclusion laissant un arrière-goût d'inachevé.
Dommage que Cellblock ne soit pas d'une originalité fracassante, mais tout de même. Il peut encore arriver qu'une production de pur dark ambient relève quelque peu le niveau. A conseiller uniquement aux puristes et aux vrais amateurs d'artistes estampillés Cold Meat Industry.

Chroniqué par Yragael
le 23/11/2003

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 01/12 - Chronique
Big Thief - U.F.O.F. / Two Hands
ven. 29/11 - Blog
Baston - Primates
mer. 27/11 - Chronique
L'Envoûtante - s/t
dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters