Accueil | dMute

Dope D.O.D.

: @ Glaz'art - 05/04/2012



Notre compte rendu

Depuis leurs débuts les Dope D.O.D. connaissent une irrésistible ascension. Après avoir assuré les premières parties de groupes tels que que Korn ou Limp Bizkit, il s'attaquent de nouveau à l'Europe pour promouvoir le premier album : Branded.

C'est à Matthew Peters, alias Mad EP, que revient la tâche de chauffer la salle. Une première partie plutôt inattendue puisque le producteur s'est surtout illustré au sein la scène IDM (avec des sorties sur les labels Ad Noiseam ou Hymen). Le public, plutôt timide au début, finit par se lâcher après que trois larrons aient ouvert les festivités en gigotant devant la scène. Le set est à l'image des sorties de Mad EP : éclectique. Passant ainsi du breakcore à l'acid jazz sans le moindre complexe, c'est évidemment avec son breakbeat le plus énergique que Peters fera mouche.

iconAclass, nouveau projet de Will Brooks, alias Dälek, assure la suite du concert. Pour un hip hop lourd et oppressant, celui qui met si bien en valeur le flow de Dälek. Autant le dire tout de suite, c'est le phrasé bien typé du MC qui fait tout le show. Car dès que ce dernier s’éclipse derrière les machines, on s'emmerde sévère. La musique du duo reste assez anecdotique, voire brouillon dans les basses sur certains passages par force de vouloir trop en mettre. Brooks finit par réinvestir le devant la scène pour nous gratifier d'un bon vieux hip hop à l'ancienne. Effet garanti sur un public désormais chauffé à bloc.

Lorsque Dope D.O.D. entame les hostilités, le Glaz'Art semble plein à craquer. J'arrive malgré tout à me glisser devant et me caler contre un mur histoire de siroter ma bière pépère, le public étant bien trop agité pour espérer garder un verre rempli plus de cinq minutes. Il faut dire que le trio envoie sévère. Les titres de Branded, déjà excellents sur galette, deviennent monstrueux en live. Car il faut ajouter à l’équation les subs gonflés à bloc, le charisme des MCs et leur prestation sans faute. Dopey Rotten se paie même le luxe de servir l'apéro au premier rang. Chaque nouveau morceau paraît toujours plus énorme que le précédent, l'apothéose étant atteinte avec What Happened, le titre qui les a fait buzzer sur YouTube et que tout le monde reprend en choeur. Une fois la claque mise en bonne et dûe forme, les trois MCs s'effacent pour laisser Dr. Diggles se lâcher un peu. Sans surprise, le DJ nous sert alors un gros dubstep couillu, développement de ce que l'on peut entendre en pointillé sur l'album. J'espère un dernier retour des MCs pour conclure le set mais celui-là n'aura pas lieu, me laissant un léger sentiment d’inachevé. Peu importe. Le concert m'a de toute façon suffisamment retourné pour que j'en ressorte avec dix ans de moins. Ce soir j'ai retrouvé le djeun'z en moi qui autrefois écumait ses premiers concerts de métal. Ça faisait longtemps que je n'avais plus ressenti ça.

par Tehanor
le 06/04/2012

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Branded
(2011)
Autoproduit
Hip-Hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters