Accueil | dMute

Room 204 + Fordamage + The Healthy Boy + L\'Homme Puma

: @ Café de la Plage - 27/03/2006



Notre compte rendu

Compte-rendu plus ou moins détaillé pour une sorte de live-list qu'on annoncerait comme suit :

L'Homme Puma
The Healthy Boy
Room 204
Fordamage

1. C'est du post-rock avec une bonne dose de hardcore. Dès les premières mesures, impossible de se tromper. La musique de L'Homme Puma est intéressante. C'est certain. Mais malheureusement, elle est ponctuée de samples plus ou moins justifiés et de hurlements qui, s'ils attestent de l'énervement, voire de la colère, de nos jeunes amis, n'en demeurent pas moins largement dispensables. Je n'ai jamais compris ce besoin de hurler. Quand c'est une transgression du chant, pourquoi pas ? Mais, au final, quand la musique est suffisamment intense, tout ce que de tels cris inspirent, c'est un : « À quoi bon ? » qui en dit long sur l'effet produit. Or, la musique de L'Homme Puma est intense. Les thèmes, les lignes mélodiques sont recherchés, l'usage d'un synthétiseur en plus du trio basse / guitare / batterie enrichit la musique de textures mélodies. Les constructions doivent beaucoup au post-rock, ce qui signifie qu'elles donnent un aspect très contrasté à la musique, toujours en mouvement, jamais figée, comme ce break en forme de « clap your hands and blow up the place » d'une efficacité redoutable. Reste que ça gueule trop souvent et que le groupe gagnerait certainement, ce n'est qu'un avis, pas même un conseil, à substituer des samples plus recherchés aux hurlements pour prendre place dans ce sublime vingt-et-unième siècle musical qui se dessine à l'horizon.

2. Quand j'ai vu The Healthy Boy arriver sur scène avec sa guitare, je me suis demandé si c'était The Patriotic Sunday ou un clone. Un homme seul qui chante avec sa guitare acoustique, ce n'est pas original, mais ça peut vous réserver de bonnes surprises. The Patriotic Sunday en avait été une. Assez vite, cependant, on s'aperçoit que si le dispositif est le même, il n'y a pas chez The Healthy Boy la ferveur pop/folk qui faisait tout l'intérêt de The Patriotic Sunday. L'intention y est, mais ça ne prend pas.

3. Room 204 prononcez « Room deux cents quatre » est un duo les plus passionnants du moment. Sur scène, ils sont concentrés sur eux-mêmes, comme ça n'arrive que trop rarement. Le guitariste joue presque toujours dos au public pour faire face au batteur et former une unité qui dépasse l'espace qui sépare leurs deux corps, se constitue dans la musique. Ces deux-là ne sont pas là pour se montrer, leur musique d'ailleurs ne le supporterait pas. Leur rock se joue sur des braises. Pas le temps de traîner. Ils disent : au but, au fait ! Toujours rayonnant. En implosant. C'est le noyau qu'ils forment tous les deux qui implose et irradie. Frappe tes cordes et sature tes cymbales.
Leur set commence comme une version live de leur dernier disque : Trans Panda. Pas de surprise, donc. Non, simplement un raz-de-marée brut de décibels qui te submerge. Toi, là-dedans, tu n'as rien à faire. Seulement à te laisser balayer, à te laisser prendre au jeu de cette musique minimale et pourtant si vaste. Elle dessine un tableau du rock actuel : incendiaire, recherché, toujours à contre-pied, à te laisser planté là où tu t'attends à l'être alors que la musique est ailleurs.
Ce que nous dit le rock actuel, c'est que notre écoute ne devrait jamais être en mesure avec la musique. Elle ne devrait jamais être en mesure de suivre. Quand il atteint son optimum, effectivement, nous ne pouvons pas suivre. Vous voulez essayer ? Allez voir Room 204 sur scène…

4. Pour finir, For Damage. Il me semble que ce n'est qu'un groupe de post-punk passé à la sauce math-rock / hardcore, comme il est de bon ton, de plus. Il en est à qui ça plaît, d'autres non.

par Jérôme Orsoni
le 28/03/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Balloons
(2010)
Kythibong
Math-Rock
L'Homme Puma
(2007)
communication is not words
Rock Indé
Trans Panda
(2005)
Collectif Effervescence
Post-Rock/Rock Instrumental



1 commentaire

par guigui (le 28/10/2006)
Festival génial, 10 groupes talentueux pour esquisser le genre post-rock. Ca s'est terminé un peu tard, mais étant parisien ça ne m'a pas dérangé. Vivement l'année prochaine, et merci so far so good.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)


ven. 18/04 - Blog
Episode #2
jeu. 17/04 - Chronique
Timber Timbre - Hot Dreams
mer. 16/04 - Chronique
Rezult - The Unscene
mar. 15/04 - Chronique
Mac Demarco - Salad Days
lun. 14/04 - Chronique
Hauschka - Abandoned City
dim. 13/04 - Blog
Tones On Tail - Rain (1984)
ven. 11/04 - Interview
Interview avec Senbeï
 newsletter : 
ok






Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits