Accueil | dMute

Grand Veymont

: Route du Vertige



sortie : 2018
label : Objet Disque
style : Krautpop / Kosmische musik

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Valse Tango
02/ La Tête de la Dame
03/ Bois Barbu
04/ Le Prunier Noir

Quatre mains et une voix, il n'en faudra pas plus à Grand Veymont pour emprunter cette route tortueuse laissée aujourd'hui quelque peu à l'abandon mais qui était auparavant suivie par certains groupes post-modernes hautement talentueux, remaniant comme personne la pop sixties à la sauce expérimentale (Stereolab et Broadcast, deux groupes malheureusement brisés par de tristes sorts).

Grand Veymont est un duo originaire du Vercors composé de Josselin Varengo et Béatrice Morel Journel, et dont les recherches musicales s'inscrivent assurément dans cette filiation pleinement assumée. Route du Vertige est une œuvre où les rythmes ternaires entraînent souvent le pas, où les loops de synthétiseurs vintage envoûtent les sens, où la voix douce et diaphane de Béatrice rassure le cœur. Excepté le titre Bois Barbu et ses faux airs d'Aquaserge (ci-dessous), les morceaux s'étirent au-delà du raisonnable et baignent l'auditeur dans un passé incertain, à moins que cela soit un futur à réinventer.

Sur cette Route du Vertige on pense à Terry Riley et à une forme d'enivrement psychédélique via la répétition de motifs jusqu'au vertige mais on pense surtout aux allemands, c'est-à-dire au krautrock, à la kosmische music et à toutes ces musiques que l'on dirait "déshumanisées". Loin du gris industriel, le duo vient tout repeindre en couleur ("Colour Me In" chantait la regrettée Trish Keenan chez Broadcast) lors de longues compositions que l'on qualifierait presque de berceuses électroniques. La plus chatoyante de ces couleurs serait alors la simple présence humaine qu'offre la voix chaleureuse de Béatrice face à la froideur des machines, telle une trouée oxygénante traversant une pluie de Moog. Insuffler de la pop dans de l'expérimentation pure, du chaud dans du froid, de la couleur dans ce qui en serait privé, voilà ce qui stimulait en partie les deux grands groupes sus-cités et Grand Veymont maîtrise cet art du contraste à la perfection. Vivement la suite.

A ceux qui souhaiteraient goûter au plaisir du vertige, l'album s'écoute en intégralité à cette adresse.



Chroniqué par Romain
le 18/04/2018

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters