Accueil | dMute

Cristobal Tapia de Veer

: Utopia (Original Television Soundtrack)



sortie : 2013
label : Silva Screen
style : Original Soundtrack

Tracklist :
01/ Utopia Overture 02/ The Network 03/ Dislocated Thumbs Part 1 04/ Mr. Rabbit's Game 05/ Conspiracy Part 1 06/ Meditative Chaos 07/ A New Brand Of Drug 08/ Samba De Wilson 09/ Slivovitz10/ Bekki On Pills Part 1 11/ Where Is Jessica Hyde? Part 1 12/ Arby's Oratorio 13/ Jessica Gets Off 14/ Mr. Rabbit It Is 15/ Lovechild 16/ Mind Vortex 17/ Twat 18/ Bekki On Pills Part 2 19/ Fertility Control 20/ Janus Saves 21/ Evil Prevails 22/ Conspiracy Part 2 (...) 28/ Utopia Finale

Le monde des bandes originales de séries télévisées est assez pauvre pour que l’on apprécie tout opus manifestant un tant soit peu de qualités. Cocorico, la dernière BO de série en date à s’être illustrée en la matière est celle de la série française Les revenants. Certes, quand on demande au groupe écossais de post-rock Mogwai de se mettre à la composition, on part avec une longueur d’avance. Nos voisins les anglais, auteurs d’excellentes séries télévisées (Sherlock, Misfits, Skins, Dowton Abbey, Luther…) utilisent leur légendaire bon goût pour peaufiner des tracklists impeccables qui constituent leurs bandes originales (soundtrack, liste de morceaux déjà préexistants). Pour Utopia, le réalisateur a fait appel à un compositeur pour écrire toute la musique (score écrit pour l’occasion) du show.

L’heureux élu est Cristobal Tapia de Veer, musicien chilien résidant au Québec. Multi-instrumentiste, Cristobal s’essaye aux albums solos dans la musique classique, sa formation première, puis à l’électro-pop en groupe et enfin à la composition de musique de films et de documentaires. A la lecture du scénario d’Utopia, nouvelle série british de 6 épisodes, le musicien s’envole pour Londres et y restera 6 mois pour travailler sur ce nouveau projet.

Il faut évidemment dire quelques mots de la série puisque la musique en est une parfaite illustration. Utopia est une sorte de thriller mêlant conspiration, manuscrits de BD manquants, tueurs asthmatiques, organisation secrète et Jessica Hyde (Where is Jessica Hyde ? est le mantra qui revient dans toute la série, je parie que de nombreux fans s’en sont faits des t-shirts). Vous n’y comprenez rien ? C’est normal, il faut un peu de temps pour s’acclimater à ce scénario touffu. Mais la série reste néanmoins brillante, originale, extrêmement bien écrite, avec de superbes images, un rythme affolant et un humour noir bien trash.

Avant même le début du tournage et à la seule lecture du scénario, Cristobal Tapia de Veer a su écrire l’illustration musicale parfaite pour cette histoire. Denis Kelly, l’auteur de la série, a simplement cité comme référence la musique du film de Polanski, Cul de sac, écrite par Krystof Komeda. Cristobal a ensuite créé une œuvre tout à fait personnelle, tellement que l’auteur lui a même demandé de faire des ajustements : la musique prenait trop d’ampleur sur les images tournées ensuite. C’est dire l’ambition et la boulimie du musicien.

Entièrement enregistrée sur son laptop, la musique du chilien est composée d’une multitude d’éléments, s’additionnant les uns aux autres dans une joyeuse cohue musicale. En vrac, la bande son comporte des dialogues de la série, des drones, et différents sons capturés par le musicien dans Londres (instruments d’Amérique du sud dans le métro, sifflements dans des os humains, crottes de rhinocéros desséchées…). Cela donne un score complètement fascinant aux tonalités multiples, tour à tour angoissant (Meditative chaos, Where is Jessica Hyde ?), oppressant (The network), rythmé (A new brand of drug), entrainant (Slivovitz, Mr Rabbit it is, Utopia finale) ou décalé (Dislocated thumbs, Mr rabbit’s game). Le thème principal Utopia, décliné sur la première et la dernière piste constitue une des plus grandes réussites de ce disque, sorte de mantra électro post-apocalyptique. Au total 28 pistes, explorant les différentes facettes de la série : humour, violence, angoisse, rythme, second degré.

Cristobal Tapia de Veer a réussi un double exploit : celui d’avoir une bande-son allant parfaitement avec sa série mais aussi, et surtout, d’avoir créé une musique qui possède sa propre identité. La musique d’Utopia (de la même manière que The social network ou Millenium, les BOs signées Trent Reznor et Atticus Ross) vit sans les images qu’elle sublime par ailleurs. L’écriture complexe, allant bien au-delà de la sempiternelle répétition d’un thème via de multiples variations, apparente presque ce disque à un album de musiques expérimentales ou de musiques électroniques.

Atypique et dérangeante, insolente et fraiche, la BO d’Utopia est un disque qui redonne ses lettres de noblesse au monde de la musique de film et de série. Deux choses à faire prochainement : surveiller de près les travaux de Cristobal Tapia de Veer et (re)voir la série Utopia (saison 2 prévue pour 2014).



Chroniqué par Noémie
le 28/01/2014

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters