Accueil | dMute

Hannes Lingens

: Four Pieces For Quintet



sortie : 2013
label : Insub
style : Musique improvisée / réductionniste

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ N°1 02/ N°2 03/ N°3 04/ N°4

Très récemment, les musiciens suisses d’incise et Cyril Bondi, qui s’occupent déjà du netlabel Insubordinations, ont mis en ligne une nouvelle forme de publication très originale intitulée Insub. cette fois. Il s’agit d’une pochette sérigraphiée au format A6 environ (soit entre le CD et le DVD), dans laquelle certaines informations, interviews ou partitions graphiques sont livrées, mais qui ne contient pas de musique. La pochette et les informations sont matérielles, mais la musique est à télécharger : une forme innovante de publication à l’heure des nombreuses remises en question des labels…

C’est aussi l’occasion pour ce label de mettre en avant une présence de plus en plus forte et nette pour les musiques proches du collectif Wandelweiser, ou de l’improvisation réductionniste dans sa frange la plus minimaliste. Ainsi, la première publication est consacrée à quatre pièces de Hannes Linges, interprétées par Lingens lui-même à l’accordéon, Johnny Chang au violon alto, Koen Nutters et Derek Shirley à la contrebasse, et Michael Thieke à la clarinette. On trouve dans le livret les partitions à la base de ces pièces : une suite de quatre bandes de couleurs sur cinq lignes sans indication, il s’agit d’une partition proche des partitions graphiques qui incite les musiciens à la questionner comme un langage à décrypter.

Dans cette réalisation, je pense que le quintet joue cette partition comme si les couleurs indiquaient les notes à jouer, les cinq lignes représentant les cinq musiciens, et la durée des bandes étant égale à la durée des interventions. Ils présentent en tout quatre pièces d’une durée de cinq minutes à chaque fois, et il s’agit toujours de notes tenues souvent assez longtemps. Le registre est plutôt grave avec les deux contrebasses, mais certaines notes aigues, voire très aigues, sont également présentes à l’accordéon notamment. Le quintet propose une musique calme et linéaire qui évolue par progressions individuelles et discrètes, en n’utilisant que des notes, sans rythme, ni pulsation, ni mélodie. Beaucoup de restrictions donc, mais la musique proposée n’en est pas moins riche. On se contente finalement très bien de la richesse des quelques intervales, de la différence psychologique engendrée par les longueurs différentes d’un même son, de la finesse et de la subtilité avec lesquelles les instruments sont appréhendés. C’est minimaliste certes, les quatre pièces se ressemblent beaucoup, mais on se laisse facilement bercer par ces lentes progressions harmoniques, par les différentes interactions entre les instruments qui peuvent surgir, par cette absence de temps qui laisse un sentiment de rêve.

Bref, c’est une musique belle et calme, mais aussi minimaliste et riche, que nous livre ici le quintet de Hannes Lingens avec ses quatre excellents collaborateurs issus de l’improvisation et de Wandelweiser. Quatre très belles pièces, et une bonne initiative éditoriale, merci à tous.



Chroniqué par Julien Héraud
le 04/02/2014

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters