Accueil | dMute

V/A Smallville records

: And Suddenly It's Morning



sortie : 2009
label : Smallville
style : Deep house mentale

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Julius Steinhoff - Something Like Wonderful
02/ Christopher Rau - Childhood
03/ Lowtec - Me And You Dub
04/ Steinhoff & Hammouda With Dionne - Touch
05/ Move D & Benjamin Brunn - In The Beginning
06/ Sven Tasnadi - Winter
07/ Bon & Rau - Cloverl

Le monde est petit comme le suggère le nom du label Smallville. Non pas dans le sens de « Village Global » mais plus dans celui de nos aïeux qui se croisaient en allant faire leurs provisions à l’épicerie. De la bonne adresse de quartier à St Pauli - Hambourg, le magasin fondé en 2005 par Julius Steinhoff et deux de ses amis dont Pete aka Lawrence s’est mué en un label, puis a ouvert son avatar parisien en 2007. Devenu référence européenne en matière de deep house lumineuse et introspective, le label accueille désormais des musiciens allemands, français et néerlandais dans son cercle et a su créer une vraie connexion entre ses protégés : par exemple, c’est le label de Lowtec (Workshop) qui va presser le projet Reagenz mené entre autres par Move D.

Pas de sorties à outrance pour se faire rapidement un nom sur le marché. Chez Smallville, on pense que « less is more », ce qui est aussi plus facile quand la qualité est au rendez-vous. Trois ans après sa création, le label a décidé de faire une photo de classe de ses petits poulains en lançant And Suddenly It’s Morning. Le port de tête altier, tout le monde prend bien la pose, le rendu est net et pourrait bien trôner sur la cheminée cet hiver.

Les dix titres de la compilation déclinent en symbiose un goût partagé pour une deep house introspective, à la beauté hypnotique. Julius Steinhoff lance lui-même l’estocade avec un subime Something like worderful aéré, très classe. L’impression se confirme sur Childhood de Christopher Rau, morceau qui nous replonge presque dans les sorties Versatile début années 2000 avec ses claviers funky. On plisse aussi les yeux de plaisir à l’écoute de Touch et Winter, morceaux différents quoique plus dansants, dont la montée en dopamine du premier n’a d’équivalent que la radiance du second. L’étirement et l’intensité progressive sont des caractéristiques communes à l’ensemble des titres. On nous fait languir, on nous maintient sous une pression de velours avant que les vannes ne s’ouvrent petit à petit.
En fin de disque, Lawrence fait preuve de sa classe habituelle et laisse la place à Angelis & Search qui nous bâtissent une rampe de lancement sur mesure : chaude, intense et progressive. Un condensé du label en quelque sorte.

Cette compilation nous propose un joli tour du propriétaire hambourgeois qui ravira les amateurs de deep house avec un léger vague à l’âme comme chez Drumpoet Community. Ceux qui ne connaissait pas feront une excellente pioche, les autres regretteront le peu d’inédits, les titres présentés faisant partie des dernières sorties du label.

Chroniqué par Damien
le 20/12/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/10 - Blog
#21 : Cocon
sam. 17/10 - Chronique
Autechre - SIGN
sam. 10/10 - Chronique
Loving - If I Am Only My Thoughts
mer. 07/10 - Chronique
Deftones - Ohms
dim. 04/10 - Chronique
Erik K. Skodvin - Anbessa
sam. 03/10 - Blog
COPINAGE !!!
ven. 25/09 - Blog
Tapeworms - Funtastic
mar. 15/09 - Chronique
The Microphones - Microphones in 2020
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters