Accueil | dMute

Boys Noize

: Oï Oï Oï



sortie : 2007
label : Boys Noize Records
style : Techno Robotique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ & Down
02/ Lava lava
03/ The battery
04/ Oh!
05/ Let's buy happiness
06/ Arcade robot
07/ Deny select
08/ Shine shine
09/ Vergiftet
10/ Superfresh
11/ Wu-Tang (The battery Pt.2)
12/ Don't believe the hype
13/ Frau
14/ My moon my man (Fe

"Hello..." Poli, le talentueux Boys Noize prend le temps de saluer avant de servir la purée. Une entrée en matière pas vraiment délicate mais terriblement accrocheuse. Comme cuisinée par un androïde, la recette d’Oï oï oï est mitonnée avec soin. Au menu, poêlée de synthés déformés, fricassée de beats puissants, épicée d’une basse mouvante, le tout accompagné d’une salade de voix technoïdes. Alimentaire mon cher Watson. Rien de sorcier là-dedans, mais pourtant la magie opère. Les rythmiques saccadées contraignent le corps à bouger sans que le cerveau ne puisse exercer de droit de veto.

Boys Noize, alias Alexander Ridha, navigue sur un fleuve agité, dont les méandres rejoignent Digitalism, bordant le rivage de Simian Mobile Disco, pour terminer sa course dans l’océan techno-dancefloor. Chouchou de la hype électro, le Dj allemand rencontre un succès clairement mérité, et surtout moins usurpé que celui affiché par Justice.

Au milieu du chaos électronique de l’album, la douce voix de Feist s’invite, comme un répit aux coups de boutoir assénés par l’Allemand. My moon my man, un remix incroyablement réussi, mêlant le chant robotique et la délicatesse féminine, enveloppé de synthés écartelés, le tout relevé par une basse omniprésente. Moins élégant, The battery se rapproche de la minimale allemande dans une version déstructurée. La piste à retenir (s’il n’y en avait qu’une) serait (pour moi) Arcade robot.

Sur scène, le garçon fait ses preuves. En témoigne le set des Transmusicales de Rennes, où son apparente timidité fut vite chassée par l'efficacité des enchaînements. Une ambiance survoltée que même le meilleur Narta fraîcheur extrême pour Homme n'avait pu dissimuler. Oï oï oï met le corps au défi de le suivre, mais l’organisme a des limites que le dancefloor ne connaît pas. Boys Noize réveillerait un mort… Voilà peut-être la signification du crâne que le Dj affectionne tant.

Chroniqué par Camille
le 07/03/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Power
(2009)
Boysnoize records
Electro-techno



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters