Accueil | dMute

Gypsophile

: Les profils des dômes



sortie : 2004
label : Lenka lente
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ L'Ethiopienne inuit
02/ La doreuse du Djaï Khan
03/ Les banlieues belges
04/ Devant des fleurs singulières
05/ Kathleen, Isobel
06/ Repose
07/ L'accord de Widor
08/ Pour effacer quoi ? et attendre
09/ Autrement
10/ Les voûtes immen

Il ne faut pas grand-chose pour faire naître une musique profonde et émouvante à la puissance évocatrice rare : une guitare et une voix, de temps en temps une batterie ou un saxophone. Ca semble évident, ça paraît si simple. Mais bien plus que ce nécessaire matériel, ce qu’il faut c’est du talent, une sensibilité, une intelligence de la forme musicale. Les profils des dômes, cinquième album de Gypsophile, force le respect et l’admiration.


Guillaume Belhomme et sa bande nous comblent d’une musique intimiste, pas prétentieuse pour un sou, d’une langueur accablante. Gypsophile économise ses effets. Pas de fioriture ici. Quelques notes de guitare acoustique jouées en arpège et les mélodies évanescentes d’un sax brumeux portent le chant, d’une sobriété délicieuse. Aucun éclat clinquant. Tout touche et va droit au cœur.


L’écriture est sibylline. Elle résiste au sens, à l’assignation d’un sens arrêté qui tuerait le miroitement scintillant de ces chansons symbolistes. Mille images se succèdent, un sentiment reste, prégnant, lourd : la mélancolie. Une mélancolie noire, d’autant plus sombre qu’elle émeut et ébranle l’âme.


Les profils des dômes est un précieux recueil de chansons minimalistes, mais pas seulement. Tout serait trop simple. Car si le sens résiste, la musique également. Notes désaccordées, accords disharmonieux, rythmes concassés. Si Gypsophile dompte la pureté mélodique, le groupe sait aussi apprivoiser l’improvisation. Les courtes expérimentations qui ponctuent l’album sont autant de marques d’exigence. Ecouter Les profils des dômes, ce n’est pas s'affaler, béat dans son fauteuil. La musique de Gypsophile demande d’avantage : une attention toute particulière qui est l'empreinte de la beauté.



Chroniqué par dfghfgh
le 25/09/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters